Meghan Markle contacte une adolescente victime d'une agression raciste

Nawal Bonnefoy
Meghan Markle en avril 2018 - Pool - AFP

Meghan Markle est entrée en contact avec Althea Bernstein, une adolescente noire victime d'une agression raciste. Samedi, l'épouse du prince Harry a téléphoné quarante minutes à cette jeune femme de 18 ans, qui a été immolée par le feu par quatre hommes blancs - une enquête est actuellement en cours.

Pour la joindre, la duchesse de Sussex est passée par le biais de Michael Johnson, président de l'association Boys & Girls Clubs of Dane County, représentant d'Althea Bernstein, rapporte The DailyMail.

" Althea et Meghan ont discuté de l'importance de se protéger, et de se laisser du temps pour guérir", a raconté Michael Johnson à la chaîne Channel 3000. "Meghan a salué sa manière de réagir, et m'a demandé de lui donner son numéro de téléphone pour qu'elles puissent rester en contact".

S'éloigner des réseaux sociaux

Toujours selon le président de l'association, Meghan Markle et la jeune femme ont créé un lien car elles sont toutes les deux métisses. La duchesse lui a notamment conseillé de s'éloigner des réseaux sociaux quelques temps, afin d'éviter les commentaires négatifs et haineux.

"Althea avait du mal depuis l'attaque, mais parler avec Meghan lui a mis du baume au coeur", a-t-il assuré.

Le prince Harry a lui aussi rejoint la conversation pendant environ dix minutes. Il a notamment assuré à l'adolescente que la parole des jeunes était importante. Meghan Markle a également proposé de venir dans le Wisconcin (où habite la victime), afin d'y rencontrer plusieurs jeunes femmes, et d'engager une conversation sur le racisme.

Un briquet enflammé

Comme le rapporte CBS News, Althea Bernstein était arrêtée à un feu rouge au volant de sa voiture, vitre baissée, lorsqu'elle a commencé à entendre des insultes racistes. D'après le témoignage qu'elle a fait à la police, quatre hommes blancs l'ont soudain attaquée, en l'aspergeant son visage et son cou, avant de lui jeter un briquet allumé dessus, causant des brûlures au deuxième et troisième degré.

"Nous enquêtons encore, mais les informations en notre possession suggèrent que cela pourrait être un crime prémédité à l'encontre de personnes de couleurs", a déclaré le maire de la ville de Madison juste après l'attaque.

Article original publié sur BFMTV.com