Megan Rapinoe tacle (encore) Donald Trump et ses tweets «écoeurants»

Scan Sport, Le
/ CARLO ALLEGRI/REUTERS

LE SCAN SPORT - L'attaquante des États-Unis, championne du Monde en France, a une nouvelle fois repris le président américain sur un plateau de télévision.

«Très sincèrement, c'est écœurant. Ça me déçoit, et encore, ça n'est même pas assez fort. Je n'accepte pas ce genre de comportements, à tous points de vue», a déclaré Megan Rapinoe lors de l'émission The Van Jones Show sur CNN au sujet des tweets du président américain à l'encontre de quatre députées démocrates. L'Américaine, star du dernier Mondial féminin remporté en France, n'hésite pas à critiquer publiquement Donald Trump depuis plusieurs mois.

Un combat qui a poussé cette anti-Donald Trump (très) affirmée à promettre de ne pas se rendre à la Maison blanche pour fêter le sacre, si Team USA est invité par le locataire des lieux. «Il ne se bat pas pour les mêmes choses que nous», ne cesse-t-elle de répéter. Et il se pourrait bien que l'ensemble de ses partenaires en fasse de même. Forcément clivante de par ses prises de position, Rapinoe assume toujours ses paroles, et elle n'est pas du genre à reculer.

LIRE AUSSI - La star du Mondial féminin, c'est Megan Rapinoe

Y compris au moment d'interpeller un certain Gianni Infantino, le président de la Fifa: «Toutes les joueuses de cette Coupe du monde ont fait le show le plus incroyable, on ne peut pas faire plus pour mieux jouer. Il faut désormais passer à l'étape supérieure. Sur le podium, avec le président, on a fait des blagues, on a souri et puis il m'a bien regardé. Je sais qu'il sait qu'on va devoir avoir bientôt une conversation très sérieuse sur le sujet.» De la parité. Le fameux slogan «Equal pay» lancé par les Américaines.



Retrouvez cet article sur Figaro.fr

Le plongeur Tom Daley appelle les footballeurs gays à assumer leur homosexualité
Quand «la Casa de Papel» reprend un tifo du Stade Rennais
Maracineanu: «De 0 à 50 euros pour apprendre à faire du vélo»
David Trezeguet arrêté en état d'ivresse à Turin
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro