Megan Fox, sexualisée par “tous ses producteurs”, est tombée en dépression

Stacie Arena
Megan Fox avait tenté de dénoncer les abus sexuels de ses producteurs 10 ans avec le mouvement #MeToo... en vain. 

CINÉMA - L’actrice a vu la face sombre de Hollywood… au point de faire une grosse dépression. Interrogée par “Entertainment Tonight” ce 18 septembre au sujet de son retour sur grand écran, Megan Fox en a profité pour expliquer pourquoi elle avait fui les tapis rouges à une certaine période de sa vie. 

“Je n’étais jamais assez parfaite. J’étais trop grosse. J’étais trop maigre. J’étais stupide. J’étais mal polie. Je ne servais à rien. J’étais une mauvaise actrice, et tant d’autres choses”, a confié l’actrice. À tel point qu’en 2009, lassée d’être considérée comme un “sex-symbol”, Megan Fox tombe dans une violente dépression. “Ce n’était pas à cause d’un film ou d’un projet en particulier. C’était mon quotidien, peu importe avec quel producteur je bossais ou sur quoi je travaillais. Cette prise de conscience m’a conduite à la dépression.” 

En 2010, Megan Fox décide de déserter totalement les tapis rouges et les plus gros producteurs américains, en partie responsables de son mal-être: “J’avais peur du jugement des autres. J’étais certaine qu’on allait se moquer de moi ou qu’on allait me harceler”. Un harcèlement physique et moral qui trouvera son écho dans le mouvement #MeToo dix ans plus tard. Pourtant, Megan Fox avait tenté maintes et maintes fois de dénoncer ces abus dans les coulisses de Hollywood… en vain. 

“J’ai le sentiment d’avoir fait partie du mouvement #MeToo avant même qu’il n’arrive. Je parlais de mes déboires à mon entourage et on me répondait: “Oh et bien, va te faire voir. On s’en fout de ce qui t’arrive. Tu as dû le mériter”, a raconté la comédienne de 33 ans. 

Megan Fox a trouvé son salut dans la maternité 

En marge de sa vie d’actrice, Megan Fox devient maman de trois garçons, nés de son union avec l’acteur Brian Austin Green. “Ça m’a permis de développer un nouveau point de vue sur ma vie. À chaque naissance, j’ai eu l’impression d’être encore une meilleure version de moi-même ”. Un nouveau travail à temps plein qui l’a poussée à abandonner...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post