Meetings : Berlin calme le jeu avec Ankara

Libération.fr

«Il n’est pas possible de faire une campagne électorale à l’étranger et dans les représentations turques à l’étranger» : l’article 94A du code électoral turc interdit ainsi formellement aux ministres turcs de faire campagne en Allemagne. Pourtant, plus de 30 meetings électoraux étaient prévus outre-Rhin entre début mars et le 16 avril, date du référendum sur la réforme constitutionnelle à tendance autocratique voulue par le président turc, Recep Tayyip Erdogan. Quinze de ces réunions devraient se tenir d’ici fin mars, avec des personnalités politiques turques de premier plan comme orateurs.

Dans le Land de la Sarre, il n’y en aura pas. A quelques jours d’élections régionales, la majorité conservatrice à Sarrebruck, menacée par la poussée du Parti social-démocrate (SPD), s’est prononcée pour l’interdiction de tout meeting électoral turc. La priorité est pour la ministre-présidente de la région d’éviter «tout risque d’importation en Allemagne de conflits turco-turcs». Même la très conservatrice Bavière n’a pas osé aller si loin.

De son côté, le gouvernement fédéral, malgré ses réserves, n’a pas l’intention de se livrer à une «surenchère» populiste avec Ankara et ne compte pas interdire en bloc la tenue des meetings turcs. Mardi, Berlin assurait son intention de faire le nécessaire pour que les 1,4 million d’électeurs turcs inscrits sur les listes consulaires en Allemagne puissent voter le 16 avril, mettant à disposition des locaux là où la surface des consulats ne suffirait pas.

Malgré le débat public, et la désapprobation du ministre de l’Intérieur ou du chef de la chancellerie, Peter Altmaier, exaspérés par l’escalade verbale d’Ankara qui continue à tirer à boulets rouges sur Angela Merkel, il reviendra donc aux seules municipalités allemandes de décider au cas par cas de faire interdire certains de ces meetings pour des raisons techniques ou de sécurité, comme cela a été le cas par exemple à Hambourg.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Ukraine Porochenko décrète le blocus du Donbass
Scandale Petrobras : la liste qui fait trembler la classe politique brésilienne
Syrie Anniversaire sanglant
Etats-Unis La Fed relève encore ses taux
Washington et Riyad très chaleureux en affaires

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages