Meeting de La France insoumise contre la vie chère : pourquoi Jean-Luc Mélenchon repart de l’avant

© Jacques Witt/SIPA

« L'annonce de ma mort est très exagérée ». Pour résumer sa situation politique, Jean-Luc Mélenchon pourrait tout à fait faire sienne cette saillie attribuée à l’écrivain Mark Twain. Le triple candidat à la présidentielle est en retrait et certains l’enverraient bien à la retraite. Pourtant c’est bien sur une estrade qu’il sera demain (lundi), à Clermont-Ferrand pour débuter la campagne des Insoumis contre la vie chère. Ces derniers temps, ceux qui le croisent ont vite compris que le tribun n’a renoncé à rien. Ni au combat politique, ni à la présidentielle de 2027. « Il trépigne un peu par moment », pointe un de ses lieutenants. « Jean-Luc Mélenchon se conjugue au présent, souffle le député Insoumis Eric Coquerel. Pour 2027, je n’exclus pas que notre candidat, ce soit lui. »

Dans le groupe Insoumis, certains briguent presque ouvertement sa succession. D’un côté Clémentine Autain qui assure qu’on lui « pose de plus en plus régulièrement la question » de ce qu’elle fera en 2027 . De l’autre François Ruffin qui, en Une de l’Obs cette semaine, campe ainsi son rôle pour les prochaines années : « Je veux faire gagner les gens ». « Il faut qu’on fasse moins peur au centre gauche que Marine Le Pen ne fait peur au centre droit », lance Ruffin recadrant son camp et délaissant les mots « ruptures » et « radicalité ».

Objectif dissolution

Ainsi s’accumulent les pierres dans le jardin de Mélenchon. Au sein de la Nouvelle union populaire écologique et solidaire, plusieurs dirigeants estim...


Lire la suite sur LeJDD