"Médiocrité", "mépris"... Une soirée sans masque de Castex et Darmanin ulcère les médecins

·4 min de lecture
Photo d'illustration (Getty Images)

La scène s'est déroulée au sein du ministère de l'Intérieur, alors que l'exécutif rappelle l'importance des gestes barrières face au rebond de l'épidémie de Covid-19.

"La cinquième vague est là". Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal l'a reconnu, le rebond épidémique est confirmé. Si de nouvelles restrictions sont pour l'instant écartées en France, nos voisins renforcent leurs mesures. L'Autriche confine les non-vaccinés, la Belgique impose le télétravail, le Danemark relance son pass sanitaire.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : confiner les non-vaccinés, une bonne idée ?

En France, les appels à la vigilance se multiplient. Le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a notamment appelé au retour du port du masque, pour limiter la flambée épidémique, et évoqué l'idée d'une reprise du télétravail

Ce jeudi, dans une interview à L'Opinion.fr, la ministre du Travail Elizabeth Borne a ainsi déploré "un certain relâchement ces derniers mois, notamment sur le port du masque. Il faut que chacun se remobilise", a lancé la ministre. Dans ce contexte d'appel à la vigilance, une scène a particulièrement marqué les esprits des médecins.

"Merci pour votre civisme"

Elle se déroule au sein du ministère de l'Intérieur, place Beauvau, mardi 16 novembre, dans la soirée. À l'occasion du congrès des maires, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et ancien maire de Tourcoing (Nord) a invité les élus des Hauts-de-France, ainsi que Jean Castex, Premier ministre. Une scène à laquelle des journalistes assistent, dont Julien Lécuyer, journaliste à La Voix Du Nord, qui filme quelques secondes.

On y voit les élus sans masque, dans un lieu clos. Un détail qui n'a pas échappé aux médecins. "Heureusement que nos dirigeants savent être exemplaires, et ne retirent le masque que quand la situation l’exige. Merci pour votre civisme" cingle Michaël Rochoy, médecin généraliste et membre du collectif "Du côté de la science".

"Comment allons-nous y arriver si les politiques bafouent les règles ?"

En complément de sa vidéo, le journaliste de La Voix du Nord précise que le pass sanitaire était exigé à l'entrée des lieux. "Le pass sanitaire ne permet en rien de s’affranchir des masques à l’intérieur. À l’hôpital c’est masques toute la journée et, vous le savez, on est tous vaccinés. Comment allons-nous y arriver si les politiques bafouent les règles chaque jour ?" s'interroge Nathan Peiffer-Smadja, infectiologue à l'hôpital Bichat, à Paris.

D'autres médecins dénoncent "la médiocrité et le mépris", évoquant le contraste entre cette soirée sans masque et un message de la Direction Générale de la Santé expliquant envisager des réquisitions de personnels soignant pour faire face à une possible saturation des hôpitaux, notamment en raison du Covid-19.

"Un moment d'inattention"

Face à la polémique, Gabriel Attal a tenu à prendre la défense de Gérald Darmanin et Jean Castex. "On est tous humains", a plaidé le porte-parole du gouvernement à l'issue du Conseil des ministres, concédant qu'"il peut y avoir de temps en temps un moment d'inattention, un écart". 

Le porte-parole a assuré que l'exécutif faisait "évidemment très attention" et était "très vigilant" quant au respect des gestes barrières. "L'ensemble des membres du gouvernement respecte les protocoles sanitaires qui sont édictés", a-t-il affirmé.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : aérer, un geste essentiel mais trop souvent oublié

Face au rebond épidémique, le port du masque a été imposé de nouveau à l'école primaire dans l'ensemble du territoire. Plusieurs villes et départements ont réinstauré l'obligation du port du masque dans les lieux soumis au pass sanitaire, mais également en extérieur.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles