Mediator : le parquet de Paris fait appel de la relaxe partielle des laboratoires Servier

·1 min de lecture

Le parquet de Paris a annoncé mardi 6 avril avoir fait appel de la relaxe partielle des laboratoires Servier dans l'affaire du Mediator, un médicament tenu pour responsable de centaines de décès et l'un des pires scandales sanitaires français.

Les laboratoires Servier ont été reconnus coupables, le 29 mars, de "tromperie aggravée" et d'"homicides et blessures involontaires". Ils ont cependant été relaxés des délits d'obtention indue d'autorisation de mise sur le marché et d'escroquerie. Le tribunal correctionnel de Paris les a condamnés à une amende de 2,718 millions d'euros.

Le parquet, qui avait requis en juin 2020 un total de 10,228 millions d'euros d'amende à l'encontre de la maison-mère et de cinq sociétés du groupe pharmaceutique, a donc décidé de faire appel de cette relaxe partielle.

Cet appel "concerne l'ancien directeur opérationnel et certaines sociétés du groupe Servier", précise le procureur de la République dans un communiqué. "Je prends acte de cette décision", a réagi auprès de l'AFP Me François de Castro, avocat des laboratoires Servier. "Nous ferons également appel", a-t-il précisé.

>> A lire aussi - Mediator, Dépakine, Distilbène… Que faire en cas de préjudice médical ?

Pour Charles Joseph-Oudin, conseil de plusieurs centaines de victimes directes, "cet appel était une décision voulue par mes clients et nous la saluons". "Dans la décision du tribunal, il y avait un élément très troublant: le fait que la sécurité sociale et les mutuelles ne soient pas remboursées (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’Oreal, Axa, Michelin… les luxueux cachets d’Audrey Pulvar avant la politique
Est-il interdit de consommer de l’alcool sur la voie publique dans l’ensemble du territoire ?
L’inflation sur les aliments et les matières premières va aggraver la faim dans le monde
Face à une reprise “à plusieurs vitesses” de l’économie, le FMI tire la sonnette d’alarme
Norvège : il tente de parcourir 40 km en ski pour éviter la quarantaine obligatoire