Mediator : « Pas de Légion d’honneur pour Jacques Servier », réclament Irène Frachon et Éric Giacometti

© A.Gelebart/20 Minutes/Sipa

Lundi s’ouvre en appel le procès du Mediator. Irène Frachon, la pneumologue qui avait lancé l’alerte , et Éric Giacometti, ancien journaliste d’investigation spécialiste des milieux médicaux et pharmaceutiques, aujourd’hui scénariste et romancier, lancent une pétition pour réclamer le retrait, à titre posthume, de la Légion d’honneur à Jacques Servier. Voici leur tribune : 

« Le 7 juillet 2009, au palais de l’Élysée, Jacques Servier, patron des laboratoires du même nom, est élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur. Le président de la République, Nicolas Sarkozy, faisant fi d’ombres sérieuses obscurcissant déjà le tableau de cet industriel, se fend d’un hommage vibrant : « La Nation est reconnaissante de ce que vous faites. » Déjà décoré grand-officier par Jacques Chirac en 2002, fait commandeur par Dominique Strauss-Kahn en 1992, Servier se voit offrir en cette belle journée d’été le Graal de la reconnaissance nationale. Grand-croix, c’est la plus haute distinction française, attribuée aux grands résistants tel Raymond Aubrac ou à des personnalités remarquables comme Simone Veil.

Hélas, un an après ce jour de gloire éclate le scandale du Mediator, médicament toxique concocté par Jacques Servier. Scandale qui aboutit à l’un des plus grands procès pénaux en matière de santé publique dans notre pays. Des milliers de morts et de handicapés à vie, un laboratoire condamné pour tromperie… On ne peut plus décemment affirmer « la reconnaissance de la nation » à l’ind...


Lire la suite sur LeJDD