Mediator : entre soulagement et déception, le sentiment mitigé des victimes

·1 min de lecture

C'est la fin d'un très long combat judiciaire. Les laboratoires Servier ont été reconnus coupables lundi de "tromperie aggravée", "homicides" et "blessures involontaires" et condamnés à 2,7 millions d'euros d'amende dans le scandale du Mediator, un antidiabétique détourné comme coupe-faim et commercialisé pendant plus de 30 ans, malgré sa toxicité. L'Agence nationale de sécurité du médicament devra elle s'acquitter de plus de 300.000 euros d’amende. C’est donc l'épilogue du procès du Mediator, médicament tenu pour responsable de centaines de décès.

>> Retrouvez Votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

"Le temps est à la satisfaction de la condamnation"

"C'est un soulagement pour toutes les victimes. Le laboratoire a été reconnu responsable et a été condamné. Je suis extrêmement heureux de ce long parcours qui a abouti à une condamnation", a réagi maître Jean-Christophe Coubris, l'avocat de plus de 2.000 parties civiles, au micro d’Europe 1. "La sanction d'un laboratoire, c'est déjà important. Les sommes qui ont été allouées, même si elles ne sont pas aussi élevées que ce que l'on souhaiterait, sont cohérentes. Aujourd'hui, le temps est à la satisfaction de la condamnation, même si les peines et les sanctions pénales sont aussi modérées. Mais c'est peut être ça aussi une justice modérée. Cela a un sens et c'est à nous de faire passer ce message auprès des victimes. Le combat est tellement difficile", a-t-il développé.

>> LIRE AUSSI - Jugement dans le ...


Lire la suite sur Europe1