Les médecins lui diagnostiquent une verrue génitale au lieu d'un cancer du pénis, il lui reste un an à vivre

Gavin Brooks a subi une opération en janvier dernier visant à lui retirer une partie de son pénis. (Getty Images) (Getty Images)

Gavin Brooks a consulté les médecins militaires à plusieurs reprises, ces derniers ont diagnostiqué une verrue génitale. Il souffrait en réalité d'un cancer du pénis.

C'est une terrible erreur médicale. Au Royaume-Uni, un soldat de 45 ans a perdu la moitié de son pénis comme le raconte le Daily Mail. À trois reprises, les médecins ont mal diagnostiqué son cancer du pénis. Maintenant, son pronostic vital est préoccupant et il ne pourrait lui rester, selon les médecins, qu'une année à vivre.

Aujourd'hui, ce père de deux enfants veut se rendre à l'étranger pour suivre une nouvelle thérapie. "J'espère que je pourrai obtenir une sorte de traitement à l'étranger qui pourra aider à réduire le cancer et à allonger ma durée de vie afin que je puisse rester le plus longtemps possible. Mon fils Jorje dit qu'il va soulever la Coupe du monde un jour et je veux être là pour ça", a confié l'ancien soldat.

Des lésions au bout du pénis

En 2021, Gavin Brooks a consulté le médecin de l'armée car il ressentait comme un anneau de peau serré autour de son prépuce. Il a ensuite constaté l'apparition d'une lésion au bout de son pénis. Les médecins ont estimé qu'il s'agissait d'une verrue génitale. "Les médecins de l'armée pensaient que c'était une verrue mais je ne savais pas comment j'en avais eu une car j'étais marié depuis 20 ans et n'avais qu'un seul partenaire sexuel à cette époque, donc je ne pensais pas qu'ils avaient raison", a justifié le soldat. Avant de détailler : "Quand je rétractais le prépuce, je devais le tirer sur la tête du pénis. La peau qui relie le prépuce au pénis s'est cassée et saignait et causait de la douleur quand j'allais faire pipi, je savais que ce n'était pas normal et que je devais le faire vérifier".

C'est finalement dans une clinique qu'il a été vu par un dermatologue qui a réalisé une biopsie de son pénis. Le diagnostic de cancer du pénis est tombé. Gavin Brooks a subi une opération en janvier dernier visant à lui retirer une partie de son pénis. Ce traitement n'a pas fonctionné et le cancer s'est propagé à d'autres parties de son corps. "Si j'avais été diagnostiqué plus tôt, j'aurais peut-être fini par nécessiter une circoncision qui aurait pu empêcher le reste des opérations et de la chimiothérapie", assure Gavin Brooks. Avant de conclure par un message de sensibilisation : "C'est pourquoi je dois sensibiliser autant que possible ce cancer rare et inconnu, afin que plus de temps et de recherche puissent être consacrés au traitement et au diagnostic de cette maladie mortelle avant qu'il ne soit trop tard". Le cancer du pénis reste très rare en Europe, en France il y a environ 500 cas par an.

VIDÉO - Un homme a cru perdre son pénis après une morsure