La Mecque: pèlerinage a minima à cause du Covid-19

·2 min de lecture

Le grand pèlerinage des musulmans, le Hajj, débute à La Mecque dans un contexte inédit. Alors que le rassemblement religieux avait réuni l'année dernière 2,5 millions de fidèles - venus pour leur grande majorité de l'étranger - seuls les fidèles vivant en Arabie saoudite y participeront cette année avec 70% d'étrangers et 30% de Saoudiens. En cause, la pandémie du nouveau coronavirus car l‘Arabie saoudite est le pays arabe du Golfe le plus touché par la maladie.

De notre correspondant dans le Golfe, Nicolas Keraudren

Malgré la résignation, la déception est grande en Arabie saoudite. Beaucoup de citoyens saoudiens et de résidents étrangers du Royaume avaient encore l‘espoir de participer à cette édition limitée du Hajj.

Salim Asani est l‘un d‘entre eux. Ce ressortissant français âgé de 40 ans et vivant à Riyad avait en effet déposé une candidature en ligne. « Il y avait un portail spécifique pour cette année sur lequel nous avons soumis notre ID et puis quelques informations d‘authentification comme les noms et prénoms etc., explique-t-il. J‘avais donc déposé une candidature tout en espérant que mon épouse soit sélectionnée car elle n‘y est jamais allée. J‘aurai donc pu être de facto l‘accompagnateur. C‘est une grosse déception. »

Les autorités saoudiennes assurent avoir mené le processus de sélection en toute transparence. L‘état de santé des participants a été le principal critère. « Il y a certainement eu aussi des critères de sélection comme l'âge, poursuit Salim. Les personnes qui travaillent dans le secteur médical ont certainement eu aussi la priorité. Personnellement, je ne connais personne qui a été accepté. Les collègues, les voisins, dans mon entourage personne n‘a été accepté. »

Les pèlerins sélectionnés ont été testés avant leur arrivée à La Mecque et seront placés en quarantaine après la fin du rituel.