Mea culpa : les rares excuses de l'Histoire politique française

France 2

Les excuses des hommes politiques, arme de communication ou acte de sincérité ? A vous d'en juger. Il y a d'abord l'excuse sans détour façon Alain Juppé. L'ancien Premier ministre a avoué s'être trompé en augmentant les impôts en 1995. Douze ans plus tôt, Lionel Jospin, alors Premier ministre, reconnaît ses erreurs en matière de sécurité. " J'ai péché par naïveté. Je me suis dit : 'Si on fait reculer le chômage, on va faire reculer l'insécurité' ", avait-il déclaré.

Différents types d'excuses

Autre catégorie d'excuse, le mea culpa alambiqué, celui par exemple de Dominique de Villepin sur le CPE. "J'aurais dû faire comme tous les bons politiques, c'est-à-dire que j'aurais dû ne rien faire", s'était permis de dire ce dernier. Enfin il y a les excuses après des erreurs de comportement. Dernièrement, Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron et François Fillon se sont illustrés dans cette catégorie.



Retrouvez cet article sur Francetv info

Présidentielle : en meeting à Toulon, François Fillon cible Macron et veut "casser la baraque"
"On fait ce qu'il faut pour qu'il soit partout lors de cette présidentielle" : une nuit avec les colleurs d'affiche d'Asselineau
Vicente : les recherches se poursuivent
Marine Le Pen : opération séduction en Bretagne
Présidentielle : une enquête ouverte contre Laurent Wauquiez pour "détournement de fonds publics"

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages