Le mea culpa de Boris Johnson, sur la sellette pour une fête en plein confinement

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
REUTERS/Paul Childs
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Boris Johnson
    Boris Johnson
    Premier ministre du Royaume-Uni depuis 2019

Sur la sellette après une série de scandales accablants, Boris Johnson a vécu sa séance hebdomadaire de questions au Parlement la plus difficile depuis son arrivée triomphante au pouvoir en juillet 2019, en sauveur d'un Brexit dans l'impasse.

Acculé, le Premier ministre britannique Boris Johnson a reconnu mercredi devant les députés sa présence à une fête à Downing Street en plein confinement en 2020 et présenté ses "excuses", sans convaincre l'opposition qui exige sa démission. Sur la sellette après une série de scandales accablants, ce conservateur de 57 ans à la popularité longtemps inoxydable a vécu sa séance hebdomadaire de questions au Parlement la plus difficile depuis son arrivée triomphante au pouvoir en juillet 2019, en sauveur d'un Brexit dans l'impasse.

L'événement en cause, le 20 mai 2020 dans les jardins de sa résidence officielle, a eu lieu à une période traumatisante pour les Britanniques. En pleine première vague de Covid-19, seules deux personnes étaient autorisées à se retrouver à l'extérieur et nombre d'entre eux n'ont pas pu dire adieu à leurs proches mourants. Dans une chambre des Communes électrique, Boris Johnson a soutenu avoir alors estimé que la soirée, où auraient été invitées une centaine de personnes avec comme consigne d'apporter à boire, était une réunion de travail. Il a admis y avoir passé 25 minutes dans le jardin, extension des bureaux alors "constamment" utilisée compte tenu des vertus du grand air contre le virus.

"Ridicule" et "insultant"

Dans une intervention aux termes soigneusement pesés, il a reconnu qu'il aurait dû conclure que si l'événement pouvait "techniquement" être considéré comme rentrant dans les règles, la perception de "millions" de Britanniques pouvait être tout autre. "Je présente mes excuses du fond du coeur", a-t-il déclaré. Accusant le Premier ministre de mensonges, le chef de l'opposition travailliste Keir Starmer a jugé sa défense "tellement ridicule" qu'elle en est "insultante" pour ses(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles