"MBS" à l'Elysée: Corbière dénonce l'invitation "d'un homme qui a les mains tâchées de sang"

Le député LFI a vivement critiqué le dîner organisé à l'Elysée entre Emmanuel Macron et Mohammed Ben Salmane jeudi soir. Car si "le business a ses règles", tout "n'est pas permis", a-t-il estimé.

"Le boucher en chef du massacre" de la guerre au Yémen. Invité sur BFMTV-RMC vendredi matin, le député La France Insoumise de Seine-Saint-Denis a fustigé l'invitation de Mohammed Ben Salmane à l'Elysée.

Le prince héritier saoudien a dîné avec Emmanuel Macron jeudi soir. Une entrevue nécessaire d'après la présidence au regard de l'envolée des prix de l'énergie, de la crise alimentaire au Moyen-Orient et des inquiétudes liées au programme nucléaire iranien.

"Les mains tâchées de sang"

Alexis Corbière a de son côté affirmé ne pas comprendre pourquoi celui qui est surnommé "MBS" était invité à l'Elysée.

"Le business a ses règles, mais on est la France, le pays de la déclaration des droits de l'homme, [...] là j'observe qu'Emmanuel Macron serre la main longuement a un homme qui a les mains tachées de sang, tout n'est pas permis" a-t-il martelé, rappelant "l'assassinat horrible" du journaliste Jamal Khashoggi en 2018, dans lequel le prince est soupçonné d'être impliqué, et le rôle de l'Arabie Saoudite dans la guerre du Yémen.

Le député LFI a aussi indiqué demander depuis plusieurs années une commission d'enquête sur l'implication de la France dans cette guerre. "Les Emirats Arabes Unis utilisent notamment du matériel militaire français" a-t-il indiqué, appelant la France à "cesser de participer à cette guerre" et à sortir de la "dépendance" aux monarchies pétrolières.

"Un pétrole qui a de mauvaises odeurs"

Si les insoumis venaient à diriger un jour le pays, Alexis Corbière a reconnu qu'ils discuteraient "avec des gens qui ne sont pas nécessairement des amis". Mais dans le cas de Mohammed Ben Salmane, l'élu a de nouveau dénoncé "un homme qui est particulièrement violent, brutal, qui profite de son retour en grâce en raison de la montée du prix du baril du pétrole."

Le député s'est aussi dit autant du coté du peuple ukrainien que de celui du peuple yéménite, car "il n'y a pas de vies qui comptent plus que d'autres".

"Je suis frappé par le silence médiatique dans lequel cette guerre se déroule et que nous recevions le boucher en chef de ce massacre".

"Il y a un pétrole qui a de mauvaises odeurs", a-t-il fini par lâcher.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Emmanuel Macron a reçu le prince héritier saoudien, malgré la colère des défenseurs des droits humains

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles