Mayotte : les ratés de la France contre l'immigration clandestine

·2 min de lecture

«C’est à croire qu’un monstre mange les papiers à la préfecture !», maugrée Jacques Martial Henry en arrachant une mauvaise herbe à côté des ixoras en fleurs. Voilà plus de cinq ans que cet entrepreneur bataille avec les services de l’Etat pour faire sortir de terre un hôtel de luxe. Soixante-deux chambres, huit suites et une vue à 360 degrés sur l’île aux parfums… Le rêve ! Seulement, pour monter un chantier pareil à Mayotte, c’est encore plus difficile qu’en métropole. «J’ai déjà dépensé des milliers d’euros pour des études et je ne peux toujours pas poser un caillou ! Pour un établissement qui pourrait créer 38 emplois ! On marche sur la tête…», vitupère notre hôtelier, qui vient d’être débouté de sa demande de fonds européens.

Originalité locale, ici l’Etat a encore la main sur ces aides de l’Europe. Et ce projet touristique frôle une zone classée agricole. Le plus cocasse ? Cela fait des années que les autorités misent à fond sur le tourisme. «Ce programme de développement a été défini voilà plus de vingt ans avec des implantations identifiées, mais depuis, aucune autorisation de construction n’a été donnée !», s’étrangle le député (LR) Mansour Kamardine. Il exagère : en dix ans, le nombre de structures touristiques est passé de 9… à 10 établissements.

Pauvre Mayotte… Niché au creux du canal du Mozambique, le 101e département français peine à garder la tête hors de l’eau, entre ses voisins encore plus mal lotis que lui. A l’ouest, le Mozambique, au sud, Madagascar, et, à 70 kilomètres, Anjouan. C’est de cette île de l’archipel des Comores que débarquent en flux quasi continu les kwassas-kwassas, ces embarcations de fortune chargées de migrants en quête d’une vie meilleure. Un comble, quand on sait qu’à Mayotte 77% de la population vit encore sous le seuil de pauvreté national… Mais même avec un PIB par habitant à 9.400 euros, contre 33.400 pour la France entière, l’île au lagon reste neuf fois plus riche que ses voisines comoriennes. Du coup, c’est la ruée.

Aux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le lourd impact du Brexit sur la croissance du Royaume-Uni et de l’UE
La France tire à boulets rouges sur le fonds de compensation Brexit de l'UE
Covid-19 : l’OMS alerte contre "un faux sentiment de sécurité" en Europe
Brexit : les exportateurs du Royaume-Uni souffrent des nouvelles règles, Londres appelée à la rescousse
Confinement en Irlande jusqu’à avril, la troisième vague de Covid-19 “très virulente” !