Mayotte : l'opération Wuambushu démarre après un mois de suspension

Suspendue par le tribunal judiciaire de Mamoudzou le 25 avril dernier, l’opération Wuambushu a finalement débuté aujourd’hui à Mayotte. De nombreuses voix s’étaient élevées pour dénoncer l’inhumanité de cette opération censée lutter contre l’insalubrité sur l’île.

Les pelleteuses sont entrées en action ce lundi matin à Mayotte pour démolir les cases en tôle de Talus 2, l’un des plus importants bidonvilles de cette île de l’océan Indien. Ce « décasage » a commencé vers 07 h 30 heure locale dans le quartier de Majicavo, sur la commune de Koungou au nord de l’île.

Prévue initialement le 25 avril, la démolition de l’important bidonville baptisé Talus 2 avait été suspendue par le tribunal administratif, avant que deux nouvelles décisions de justice ne donnent raison à l’État. Le décasage entamé ce matin marque donc le lancement d’une série d’interventions des services sécuritaires et sociaux regroupées sous le nom de « Wuambushu » (« reprise » en chimahorais N.D.L.R.).

Cette opération, qui vise à réduire l’habitat insalubre et à expulser les migrants en situation irrégulière, pour la plupart venus de l’archipel voisin des Comores, était quasiment au point mort depuis son lancement il y a près d’un mois. Depuis avril, les autorités avaient déployé des centaines de policiers et gendarmes à Mayotte pour préparer l’opération Wuambushu.

Tôt lundi matin, la démolition a finalement commencé : des gendarmes équipés de pied de biche sont entrés dans les habitations pour vérifier que personne ne se trouvait à l’intérieur avant le début des opérations, selon des journalistes de l’AFP sur place. L’électricité et l’eau ont été coupées. Rapidement, les pelleteuses...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi