Mayotte dans l'attente de renforts policiers après des violences inter-quartiers

AFP - GREGOIRE MEROT

Théâtre depuis plusieurs jours de violences entre jeunes de quartiers rivaux provoquées par le meurtre de l'un d'entre eux, le département de Mayotte compte sur l'arrivée de renforts policiers pour tenter d'endiguer le phénomène après une journée ponctuée de troubles sporadiques.

Mamoudzou, la plus grande ville de l'île de Mayotte, département français dans l'océan Indien, est secouée depuis une dizaine de jours par des conflits inter-quartiers qui ont fait un mort le 12 novembre, un jeune de 20 ans tué à la machette et plusieurs blessés.

Le quartier de Kawéni, d'où était originaire la victime, s'était embrasé en milieu de semaine dernière après l'attaque d'un autobus scolaire. Samedi, 200 à 250 jeunes issus de ce quartier se sont réunis pour en découdre avec ceux du quartier de Doujani, plus au sud, selon la police. Dimanche, un automobiliste a été poignardé à Mtsapéré Bonovo, un autre quartier de Mamoudzou, selon une source policière.

La députée de Mayotte Estelle Youssouffa (Liot) a lancé mardi un « cri de détresse » sur le « cycle de vendetta », de « barbarie et de terreur » sur l'île dans « l'indifférence générale » à Paris. « On parle de hordes de centaines de jeunes, la plupart d'entre eux, des Comoriens en situation irrégulière qui ont entre douze et treize ans, sont armés de machettes et qui sèment la mort », a-t-elle affirmé. « On se demande quand est-ce que trop c'est trop ? Que vaut la vie de nos enfants qui vont à l'école la peur au ventre depuis des mois ? ».

Une dizaine de policiers du Raid attendus sur place


Lire la suite sur RFI