Mayotte: Gérald Darmanin va proposer un "changement de paradigme" à Emmanuel Macron

En déplacement sur l'île pour la quatrième fois depuis qu'il est ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin juge qu'il faut "absolument protéger Mayotte" de "l'immigration irrégulière".

Depuis Mayotte où il se trouve actuellement Gérald Darmanin a listé plusieurs mesures pour "protéger Mayotte et le territoire mahorais notamment de l'immigration irrégulière", alors que l'île est en proie à d'importantes violences depuis plusieurs mois.

"À la demande du président de la République, je réfléchis à lui proposer, ainsi qu'à madame la Première ministre, un changement de paradigme extrêmement fort", a expliqué le ministre de l'Intérieur.

Avant de lister des mesures, le patron de la place Beauvau a tenu à rappeler que "depuis qu'Emmanuel Macron est président de la République", il y a "deux fois plus de policiers et de gendarmes sur le territoire mahorais".

"Si je prends un exemple, Lyon, c'est sept fois moins d'habitants et il y a deux fois plus d'unité de forces mobiles à Mayotte, par rapport à la région lyonnaise", a-t-il également précisé, soulignant que, selon lui, "il y a un maximum de policiers et de gendarmes".

Maximum de policiers et de gendarmes

Pour autant, ces "effectifs, autant importants soient-ils doivent être aidés par de nouvelles technologies", a poursuivi Gérald Darmanin. Il a évoqué à ce titre des drones, mais aussi des "intercepteurs, c'est-à-dire des bateaux qui empêchent l’arrivée d’immigration irrégulière, des radars", ainsi que "des moyens aériens".

Après avoir envoyé le RAID, "suite aux évènements dramatiques qui se sont déroulés ici", "j’ai décidé de pérenniser la présence des douze hommes", de cette organisation a expliqué le ministre. Ils resteront "plusieurs mois", en fonction du temps que "dureront encore les difficultés que nous connaissons à Mayotte".

Gérald Darmanin a également annoncé "la création d’un groupe GIR (groupe interministériel de recherche) , c’est-à-dire un groupe spécifique de policiers et de gendarmes et des autres administrations qui y travaillent contre le travail illégal et l’immigration irrégulière qui vont aider aux enquêtes judiciaires".

Enfin, le ministre de l'Intérieur a rappelé la parution d'un décret au journal officiel le 27 décembre dernier qui prévoit la création à Mayotte d'une "office d'enquête de police judiciaire pour lutter contre l'immigration irrégulière et notamment les passeurs". S'agissant de "travaux préparatoires", il "appartiendra au chef de l'État de s'exprimer lui-même" pour la suite, a conclu Gérald Darmanin.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO- Violences à Mayotte: au cœur d'un des plus grands bidonvilles de France