Mayotte : le département en proie à une nouvelle flambée de violences

À Petite-Terre à Mayotte, les établissements scolaires étaient quasiment déserts lundi 25 janvier. Inquiets et en colère, les parents, eux, étaient une nouvelle fois mobilisés contre la violence qui sévit dans l’archipel français, situé dans l'océan Indien, et l’insécurité grandissante. “On en a marre ! Nos enfants, dès qu’ils franchissent le portail, ils ne sont plus sous la responsabilité du chef d’établissement”, commente Antua Abdallah, présidente de l’association des parents d’élèves. Les députés interpellent l’État Leur sécurité n’est donc plus assurée. La semaine dernière, trois personnes ont été tuées. Parmi elles, deux adolescents âgés de 14 et 15 ans. Selon les premiers éléments de l’enquête, ils auraient été victimes de règlements de compte entre des clandestins d’origine comorienne. Ces nouveaux meurtres révoltent les députés de Mayotte, qui demandent plus de moyens sécuritaires et interpellent l’État.