Mayotte : après la mort de deux lycéens, les parents réclament plus de sécurité

À Mayotte, deux lycéens ont été tués à une semaine d’intervalle près de leur établissement scolaire. Leurs camarades et des parents d’élèves se sont mobilisés pour demander plus de sécurité en début de semaine. La manifestation avait aussi pour but “de rappeler à l’État que Mayotte est bien un département français”, explique le journaliste Papinot Zaidani depuis le lycée de Mamoudzou, pour le 20 Heures de France 2, mercredi 21 avril. À la suite de sa réunion avec les parents d’élèves, le préfet a annoncé, mercredi, la création de 110 postes d’assistant d’éducation dès la rentrée prochaine. Fermeture d’un lycée Le représentant de l’État a également annoncé la fermeture de la cité du Nord, ce lycée où le jeune Miki Madi a été tué il y a plusieurs semaines. "Enfin, une mission interministérielle a été annoncée par le préfet. Des experts viendront à Mayotte pour traiter la question de la délinquance juvénile, ajoute le journaliste. Les parents d’élèves se disent toutefois vigilants et se donnent deux mois, le temps de vérifier la concrétisation des annonces faites par le préfet de Mayotte".