Mayotte: 76 cas de choléra recensés

L'épidémie de choléra à Mayotte a touché à ce stade 76 personnes, selon le ministre de la Santé Frédéric Valletoux, un cas recensé dans un nouveau quartier (Ali AL-DAHER)
L'épidémie de choléra à Mayotte a touché à ce stade 76 personnes, selon le ministre de la Santé Frédéric Valletoux, un cas recensé dans un nouveau quartier (Ali AL-DAHER)

L'épidémie de choléra à Mayotte a touché à ce stade 76 personnes, a indiqué mardi le ministre de la Santé Frédéric Valletoux, qui s'est une nouvelle fois voulu rassurant en dépit d'un cas recensé dans un nouveau quartier.

"On a réussi en vaccinant la population (...) à faire en sorte que les chiffres augmentent mais n'explosent pas", avait-il déclaré en matinée sur TF1, évoquant "un bilan de 67 personnes" touchées et rappelant la mort d'une fillette de trois ans la semaine dernière sur l'île de l'océan Indien, dans la commune de Koungou.

Devant l'Assemblée nationale dans l'après-midi, le ministre de la Santé a donné un nouveau bilan: "76 personnes sont malades et 4.000 personnes ont déjà été vaccinées dans ce quartier" informel de Kirson, à Koungou.

"Pour l'instant, le choléra est circonscrit à un quartier même si hier (lundi) nous avons trouvé une personne dans un autre quartier", avait indiqué Frédéric Valletoux sur le plateau de TF1.

Interrogé sur le risque d'une propagation de l'épidémie en métropole, le ministre de la Santé avait appelé à "ne pas se faire peur".

"Il faut rappeler que le choléra, quand il est traité, c'est-à-dire avec un traitement antibiotique, a un taux de mortalité qui est très faible, aux alentours de 1,5%": "On est vraiment sur une maladie qui, quand elle est bien prise en charge, permet de s'en sortir au bout de quelques jours", avait-il dit.

Lors de la séance des questions au gouvernement, le député LFI de la Réunion Jean-Hugues Ratenon a fustigé "cette France qui, à Mayotte, laisse mourir un enfant de trois ans" car "on meurt du choléra en France, ou plutôt en Outre-mer, l'autre France". Il a interpellé M. Valletoux sur "un abandon de nos territoires".

Le ministre de la Santé a "salué l'engagement des services de l'Etat pour faire face à une poussée de choléra qui touche énormément de régions dans le monde, notamment l'Afrique australe, l'Afrique des Grands lacs, pas très loin de Mayotte", notamment avec "une vaccination ciblée, progressive des malades et des personnes qu'ils ont côtoyées".

Il a aussi rendu hommage aux "87 volontaires de la réserve sanitaire sur le terrain au côté des soignants de Mayotte, pour dépister, accompagner les populations et prendre en charge ceux qui en ont besoin".

Les premiers cas de choléra à Mayotte ont été recensés mi-mars chez des personnes revenant des Comores voisines, où l'épidémie flambe avec 98 décès selon le dernier bilan officiel.

A Mayotte, les premiers cas diagnostiqués chez des patients n'ayant pas quitté l'île sont apparus fin avril.

La maladie se propage essentiellement via l'eau ou les aliments contaminés. Dans le bidonville de Kirson, les quelque 5.000 habitants n'ont pas l'eau courante.

mep-ic/fmp/tes