Les Mayas ont construit une pyramide après la plus importante éruption volcanique d'Amérique

·2 min de lecture

En l'an 539 après J.-C., le volcan nommé Tierra Blanca Joven qui est situé au niveau de San Andrés, au Salvador, est entré en éruption. Cette éruption est considérée comme étant la plus grande de l'Holocène ayant eu lieu en Amérique. En effet, le volcan a projeté 43,8 kilomètres cubes de téphra dans l'air et a engendré un refroidissement climatique global dans l'hémisphère nord au cours de la moitié du VIe siècle après J.-C. Le téphra est constitué de produits volcaniques tels que des cendres, des bombes (fragments projetés de lave) et des pierres ponces.

La pierre ponce est un produit de l'activité volcanique. © lcrms, Adobe Stock
La pierre ponce est un produit de l'activité volcanique. © lcrms, Adobe Stock

Une étude récemment parue dans le journal Antiquity rapporte les résultats d'analyses quant à l'impact qu'a pu avoir cette éruption volcanique sur les Mayas locaux mais également sur la civilisation Maya dans son ensemble. Jusque-là, il existait deux hypothèses concernant leur réponse face à cette éruption.

Il existait deux hypothèses concernant la réponse des Mayas face à cette éruption

La première stipulait que les populations avaient décliné et que la société s'était effondrée à cause des effets immédiats, mais aussi sur le long terme de cette éruption. Toutefois, cette hypothèse se fondait sur une datation plus précoce de l'éruption et ses partisans indiquaient que les populations ne s'étaient réinstallées sur la zone proche de l'éruption qu'après un ou deux siècles après la catastrophe. La seconde hypothèse, qui considère que l'éruption a eu lieu en 539 après J.-C., suggère que la réorganisation de la société suite à l'éruption s'est faite beaucoup plus rapidement. Selon cette hypothèse, une grande partie de l'ouest d'El Salvador était repeuplée au milieu du VIIe siècle et des projets de construction monumentaux étaient achevés.

Une pyramide de cendres... en un éclair

L'auteur de l'étude, Akira Ichikawa, a mené des analyses archéologiques et de datation au niveau de San Andrés, qui se situe à 40 kilomètres environ du volcan. La...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles