Le maximum de la pluie d'étoiles filantes des Léonides se produit cette nuit !

Xavier Demeersman, Journaliste
·2 min de lecture

C’est peu connu — sans doute en raison de l’absence de vacances et de températures estivales —, mais novembre est riche en essaims météoritiques. Aussi, si vous aimez plongez votre regard dans la nuit étoilée à l’affût d’étoiles filantes, la période s’y prête à merveille, décembre inclus.

Après la pluie des Orionides — le radiant est dans Orion — alimentée par les passages successifs de la célèbre comète de Halley (1P/Halley), nous avons eu le maximum d’activité des Taurides sud — le radiant est près des Pléiades, dans le Taureau —, flux de poussières arrachés à la comète 2P/Encke, puis les Taurides nord, dont l’activité a culminé dans la nuit du 11 au 12 novembre, voici venir celui des Léonides, l’un des plus importants essaims météoritiques de l’année !

La pluie d’étoiles filantes des Léonides doit son nom à la position de son radiant dans la tête du Lion. © Nasa
La pluie d’étoiles filantes des Léonides doit son nom à la position de son radiant dans la tête du Lion. © Nasa

Qui sont les Léonides ?

Comme leur nom l’indique, son radiant est au sein de la constellation du Lion, près des étoiles qui dessinent sa crinière. Son activité commence chaque année autour du 6 novembre et s’étend jusqu’à la fin du mois. Le point culminant en 2020 de cette précipitation sera dans la nuit du 16 au 17 novembre. Plus d’une quinzaine de météores par heure en moyenne seront alors visibles en deuxième partie de nuit, lorsque le félin aura bien grimpé dans le ciel. Point fort cette année : la Lune désertera quasiment toute la nuit le ciel. Les seules lumières qui pourraient gêner l’observation des étoiles filantes seront artificielles, si bien sûr vous n’avez pas pris soin de les laisser loin derrière vous (la pollution lumineuse réduit considérablement la visibilité des étoiles et des météores les moins brillants).

Gravure représentant l'impressionnante tempête d'étoiles filantes vue depuis un village nord-américain en novembre 1833 et apparentée aux Léonides. © Domaine Public
Gravure représentant l'impressionnante tempête d'étoiles filantes vue depuis un village nord-américain en novembre 1833 et apparentée aux Léonides. © Domaine Public

Les grains de poussière du courant des Léonides, que traverse la Terre chaque année à cette période, appartenaient à la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura