Maxime Brandstaetter rend hommage à Frédéric Leclerc-Imhoff, mort en Ukraine

Maxime Brandstaetter (à gauche) et Frédéric Leclerc-Imhoff (à droite), lors d'un duplex depuis Zaporijia en Ukraine, pour BFMTV. (Photo: Capture écran Twitter BFMTV)
Maxime Brandstaetter (à gauche) et Frédéric Leclerc-Imhoff (à droite), lors d'un duplex depuis Zaporijia en Ukraine, pour BFMTV. (Photo: Capture écran Twitter BFMTV)

En Ukraine avec Frédéric Leclerc-Imhoff pour réaliser des reportages pour BFMTV, Maxime Brandstaetter se trouvait lui aussi dans le véhicule touché par un éclat d'obus russe.

GUERRE EN UKRAINE - Il était son binôme sur le front en Ukraine. Au lendemain de la mort du journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff, son collègue en Ukraine, Maxime Brandstaetter, a tenu à lui rendre hommage.

“Je ne t’oublierai jamais Fred”, a écrit le journaliste de BFMTV ce mardi 31 mai. “Un journaliste passionné qui était tellement fier et trouvait ça si important de raconter ce qui se passe ici”, livre-t-il aussi dans ce tweet.

Sur Twitter, celui qui a été “légèrement blessé” dans le bombardement russe fatal à Frédéric Leclerc-Imhoff est sorti du silence pour son binôme sur le front, mais il a également donné de ses nouvelles.

“Quelqu’un de tellement doux, attentionné”

“Merci pour tous vos messages, qui nous réconfortent avec Oksana. Désolé de ne pas répondre, je n’ai pas la force de les lire en entier”, ajoute-t-il dans un autre tweet. Il évoque au passage la fixeuse avec laquelle ils travaillaient. Leur fixeuse, Oksana Leuta, s’en est sortie indemne après l’impact de l’éclat d’obus sur le véhicule blindé dans lequel ils se trouvaient tous les trois.

Encore sous le coup de l’émotion après ce terrible drame, il a tenu à remercier les très nombreux messages de soutien suite à la mort de son collègue. Pour autant, c’est à Frédéric qu’il a souhaité adressés ses premières pensées. “Mes pensées vont vers Fred, sa famille, ses proches. C’était quelqu’un de tellement doux, attentionné”, ajoute le journaliste tourangeau de 27 ans.

Les deux hommes se trouvaient dans la région de Severodonetsk, dans l’est de l’Ukraine afin de réaliser un reportage sur l’évacuation de civils dans cette zone pratiquement sous contrôle total de la Russie et des séparatistes prorusses.

Au cours de leur mission pour BFMTV en Ukraine, Maxime Brandstaetter partageait sur Twitter de nombreux moments de vie des deux hommes en temps de guerre.

Sur cette photo, on peut notamment le voir avec Frédéric Leclerc-Imhoff en plein montage d’un futur reportage. Comme le raconte Maxime Brandstaetter, au-dessus de leurs têtes, les bombardements russes s’intensifiaient dans le ciel de Mykolaïv, ville portuaire du sud de l’Ukraine où ils réalisaient un reportage pour la chaîne française aux alentours du 21 mai.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

VIDÉO - BFMTV a l’immense douleur d’annoncer la disparition de Frédéric Leclerc-Imhoff, JRI, en Ukraine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles