"On est mauvais partout !" : le coup de gueule de Gilles-William Goldnadel

·1 min de lecture

Si les Français ont échappé à un troisième confinement, cela ne signifie pas que l'épidémie appartient au passé. Parmi les craintes du gouvernement, dont la stratégie vaccinale a été très critiquée depuis son lancement : la propagation des variants du virus, plus contagieux. Très remonté, Gilles-William Goldnadel s'en est pris à l'exécutif à ce sujet, au cours d'une interview sur le plateau des Grandes Gueules de RMC, ce mardi 2 février. "Par temps de Covid, pourquoi voulez-vous qu'on soit bons sur les tests salivaires puisqu'on est mauvais partout ? Pardon, on est mauvais partout : on est mauvais sur le traçage, on est mauvais sur le vaccin, on n'a pas inventé le vaccin…"

L'avocat et polémiste, qui s'était montré prêt pour un troisième confinement quelques jours auparavant, a déploré "l'incapacité de faire le séquençage" en France. "Faut le dire quand même !, s'est-il agacé, sous le regard attentif d'Olivier Truchot. On parle du variant anglais, sud-africain… Il n'y a pratiquement pas de possibilité de séquençage en France." Et d'ajouter, alarmiste : "Donc, pour pouvoir faire le départ entre un variant et l'autre, comment on fait ? Je ne sais même pas…"

Ce n'est pas la première fois que Gilles-William Goldnadel se montre offensif vis-à-vis de la stratégie sanitaire de l'exécutif et du ministre de la Santé, Olivier Véran, fragilisé au sein du gouvernement depuis l'annonce du non-reconfinement. En janvier dernier, l'avocat avait déjà dénoncé "l'incompétence" des autorités avec "les (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le saviez-vous ? Entre Julie Depardieu et son chéri Philippe Katerine, ça n'avait pas bien commencé...
Melania Trump à nu : les surprenantes confidences de son styliste français
La princesse Eugénie bientôt maman : le prénom du bébé objet de tous les paris
VIDEO - Accrochage entre Gérald Darmanin et un chroniqueur de Pascal Praud : "Les élections sont finies !"
Nouvelle apparition télé pour Brigitte Macron : ce que l'on sait