Mauritanie: les prix des fruits et légumes flambent à cause de la frontière avec le Maroc

·2 min de lecture

En Mauritanie, une pénurie de fruits et légumes, constatées ces dernières semaines, a engendré une flambée des prix dans les marchés de Nouakchott. Le prix d’un kilogramme de carottes, qui coutait 700 francs CFA, se vend aujourd’hui à 3000 francs CFA. La situation est identique pour les fruits.

avec notre correspondant à Nouakchott, Salem Mejbour Salem

La Mauritanie importait ces produits à partir du Maroc or ce n’est plus possible depuis la fermeture de l’unique point passage entre les deux pays, il y a trois semaines. Des chauffeurs marocains et des importateurs marocains accusent des indépendantistes du Front Polisario. Les autorités mauritaniennes ne font pas de commentaires. Ce point de passage, appelé Guergarate, se trouve en plein Sahara Occidental, à 55 kilomètres de Nouadhibou. Des dizaines de camions marocains, qui se dirigeaient vers la Mauritanie et d’autres pays de l’ouest africain, ont dû rebrousser chemin au grand dam des importateurs des pays destinataires.

Khadija fait partie des importateurs mauritaniens, pénalisés par l’interruption du trafic entre la Mauritanie et le Maroc. « J’attendais un camion chargé de légumes que j’ai affrété à partir du Maroc, nous explique t-il. Finalement, il a été immobilisé en territoire marocain après le blocage de la frontière. J’espère que mes marchandises n’ont pas été pas endommagées. La valeur de la commande représente entre 5 et 6 millions d’ouguiyas. »

Six millions d’ouguiyas, la monnaie mauritanienne, soit l’équivalent de 14.000 euros. Hamid el Aid, un consommateur nouakchottois a fait son marché samedi matin. Et il confirme : il a trouvé les produits proposés très chers...

Depuis 2006, la Mauritanie s’approvisionne en grande partie à partir du Maroc. Ce coup d'arrêt aux importation rappelle la persistance du conflit du Sahara occidental, cette ancienne colonie espagnole disputée depuis décembre 1975, par le Maroc et le Front Polisario soutenu par l’Algérie.

À lire aussi : Sahara occidental, le dossier qui complique la vie de l’Union africaine