Publicité

Mauritanie: l’attente de reconnaissance des partis politiques après cinq jours de dialogue national

En Mauritanie, cinq jours de dialogue national viennent de s'achever à Nouakchott entre partis politiques reconnus et en attente de reconnaissance, société civile, syndicats et commission électorale pour préparer, de manière participative, les prochaines élections présidentielles de juin 2024.

Avec notre correspondante à Nouakchott, Léa Breuil

Parmi les sujets abordés figurent les demandes de reconnaissance des partis politiques. Ces concertations sont essentielles, selon le gouvernement, pour assurer un climat politique apaisé, notamment après le déroulement des élections législatives vivement contestées en mai dernier.

Dans son discours de clôture, le ministère de l’Intérieur a salué la tenue de cinq jours de débats inclusifs avec de nombreuses recommandations. Il a notamment été question des améliorations nécessaires pour l’organisation d’élections transparentes mais aussi d’échanger autour d’une potentielle réforme de la loi relative aux partis politiques.

Cela a aussi été l’occasion d’aborder les demandes de reconnaissance de nombreuses formations politiques. Selon le ministère de l’Intérieur, si vingt partis sont actuellement reconnus, 98 dossiers de demandes de reconnaissance ont été déposés auprès des services compétents.

Pour certains partis concernés par cette attente de récépissé comme le parti RAG, du député Biram Dah Abeid, ces cinq jours de concertations étaient aussi l’occasion de justifier leur légitimité dans la vie politique mauritanienne.

Préserver les principes fondamentaux démocratiques


Lire la suite sur RFI