Maurice : large victoire du Premier ministre et de la démocratie

Par Ian Hamel à Port-Louis

Reconduit Premier ministre, Pravind Kumar Jugnauth perpétue une tradition familale à la tête du pays.

Pravind Jugnauth, fils de l'ancien Premier ministre et ancien président de la République, a largement gagné les élections législatives.


À la veille de chaque élection, il est inutile de demander à un Mauricien l'origine ethnique du futur Premier ministre. Depuis l'indépendance en 1968, il est hindou, à l'exception de deux années (2003 à 2005) où le chef du gouvernement était revenu, à la suite d'une alliance, à Paul Béranger, un Blanc d'origine européenne. Quant à savoir le nom du prochain Premier ministre, l'électeur n'a qu'une chance sur deux de se tromper. Il s'appellera Jugnauth ou Ramgoolam. Ces deux familles, issues d'une même caste, dirigent à tour de rôle cette petite République de l'océan Indien, de 2 000 km2 et peuplée de 1,3 million d'habitants. Cette fois, l'actuel Premier ministre, Pravind Jugnauth, 57 ans, fils de Anerood Jugnauth, a largement battu Navin Ramgoolam, 72 ans, ancien Premier ministre, fils de Seevoosagur Ramgoolam, le père de l'indépendance. Mais miracle, malgré le caractère monarchique de la politique mauricienne, aucun Mauricien ne contestera que cette ancienne colonie britannique est une vraie démocratie.

Un pays, quatre groupes ethniques

Les Hindous, venus pour travailler dans les champs de canne à sucre après l'abolition de l'esclavage, sont tout simplement majoritaires. Mais quand on vit sur un caillou de 65 kilomètres sur 45, il ne serait guère judicieux d'abuser de son pouvoir et de marginaliser les minorités, notamment les musulmans (15 à 20 % de la population), et ceux que l'on classe dans la « population générale », comprenez les Noirs, les métis et les Blancs (autour de 25 %). Sans oublier quelques dizaines de milliers de Chinois. Résultats, les deux principaux partis, le Mouvement socialiste militant (MSM) de la famille Jugnauth, et le Parti travailliste, du clan Ramgoolam, majoritairement hindous, nouent des alliances complexes avec les autres (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Burkina Faso : « Le pays ne pensait jamais vivre ça »
Exposition – « Système K » : tous à AKAA !
Afrique du Sud : le président Cyril Ramaphosa sur la corde raide
Musique : Karim Ammour, à chœur ouvert
Recevez la newsletter Le Point.fr