Maurice Genevoix au Panthéon : "C’est le témoin que l’on honore" affirme l'écrivain Michel Bernard

franceinfo
L'écrivain Michel Bernard, auteur de "Pour Genevoix", était l'invité de franceinfo mardi. Il a réagi à l'entrée de Maurice Genevoix au Panthéon annoncée dans la journée par Emmanuel Macron. 

Avec l'entrée de Maurice Genevoix au Panthéon, annoncée mardi 6 novembre par Emmanuel Macron, "c’est le témoin que l’on honore" affirme l'écrivain Michel Bernard, auteur de Pour Genevoix et ancien sous-préfet de Reims. "Parce que si le soldat inconnu n’a pas de témoin, il est pire qu’inconnu, il n’existe plus", poursuit-il, assurant que Maurice Genevoix "disait la vérité telle qu’il la voyait, sans a priori, sans chapelle, sans querelle. Grâce à lui, cette expérience des hommes du front va voyager dans le temps".

franceinfo : Pourquoi Maurice Genevoix n’était-il pas déjà au Panthéon ?

Michel Bernard : À une époque, il était extrêmement célèbre, lorsqu’il est mort en 1980, il a eu des obsèques nationales. C’était une figure littéraire majeure. On le voyait régulièrement dans l’émission de Bernard Pivot, il était un grand écrivain et un brillant causeur, il avait beaucoup d’humour. C’était un homme qui passait très bien à la télévision. Et puis je crois que la génération suivante, celle de 1968, a été rebutée par l’aspect officiel de Maurice Genevoix : secrétaire perpétuel de l’Académie française, académicien, très classique. Une vision non partisane, ni droite ni gauche. On était à une période - dont on est sans doute sortis - où on faisait une lecture toujours partisane de la Grande Guerre. Et Genevois était en deuxième (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi