Matthieu Orphelin, député LREM : "Nous avions proposé au gouvernement des solutions pour les automobilistes"

Si le député LREM salue les annonces de Macron, il avance plusieurs propositions concrètes pour

Les prix du carburant flambent. Et avec eux, la colère de nombreux Français. En pleine "tournée mémorielle" dans l'est de la France, Emmanuel Macron a d'ailleurs pu prendre le pouls de cette grogne, apostrophé à plusieurs reprises au sujet de cette "injustice" dont seraient victimes les plus modestes et les résidents de territoires ruraux.

Assurant entendre cette colère, tout en dénonçant les mouvements de blocage, le président de la République a tenu à y répondre par deux mesures de compensation annoncées au micro d'Europe 1 ce mardi 6 novembre. "Je suis attaché à la situation de deux catégories de personnes, a-t-il tout d'abord indiqué. D'abord celle des gens très modestes, qui ne peuvent pas changer de chaudière pour passer du fioul (très polluant, ndlr) au gaz". Et de proposer : "Il faut qu'on regarde comment améliorer le chèque énergie."

Lire aussi Les gilets jaunes, "des gens qui n'ont pas beaucoup de projet pour le pays si ce n'est de le mettre à l'arrêt" cingle Macron

Dans un second temps, Emmanuel Macron a promis une mesure à destination des automobilistes, plus précisément "nos concitoyens qui tous les jours prennent la voiture pour aller travailler", et qui n'ont d'autre alternative que ce moyen de transport. "Il y a des régions qui ont mis en place des aides pour les trajets de plus de 30 km (Hauts-de-France, ndlr). Le gouvernement a décidé de défiscaliser cette aide et je pense qu'il faut généraliser cela".

Suffisant ? Pour le deputé La République en marche (LREM) du Maine-et-Loire, Matthieu Orphelin, ex-membre d'Europe Ecologie Les Verts (EELV), ces intentions constituent de bons signaux en faveur de la transition écologique. Toutefois, le parlementaire, très actif sur ces dossiers, estime que le gouvernement "aurait pu anticiper" les reproches qui lui sont aujourd'hui faits par les contestataires du 17 novembre. Surtout, l'élu demande davantage de "cohérence" dans les combats écologiques du gouvernement pour, à terme, en venir







Lire la suite sur Marianne