Matt Pokora en deuil… Cette perte douloureuse qu’il vient d’annoncer à ses proches

·1 min de lecture

Les meilleurs partent toujours les premiers. Ce samedi 7 novembre, M Pokora ne peut que le confirmer. C’est avec le cœur lourd que le chanteur a annoncé une bien triste nouvelle, le décès du producteur Cyril Colbeau-Justin. Dans la story de son compte Instagram, l’artiste a d’abord partagé un cliché de son ami disparu, à seulement 50 ans. Sur un fond noir, l’interprète de Nos Planètes a ensuite exprimé son chagrin. “Cyril est le premier producteur de cinéma à avoir cru en moi et à vouloir produire un film pour moi”, a-t-il précisé, avant de lui faire une promesse : “On le fera… Pour toi…”

Il y a quelques années, M Pokora et Cyril Colbeau s’étaient liés d’amitié. Si le chanteur enchaînait les projets et pouvait se targuer d’avoir un emploi du temps bien rempli, le jeune homme se lançait un nouveau défi : devenir acteur. Pour son premier rôle au cinéma, le compagnon de Christina Milian s’était rapproché du producteur. Dans les colonnes de Télé 7 Jours, il avait donné plus de détails sur son premier rôle au cinéma. “J’ai un projet de film dont le tournage pourrait débuter en 2016, avait-il expliqué. L’idée originale est de Pierre Ménès et des auteurs travaillent dessus. J’attends la dernière version du scénario. Cyril Colbeau en est le producteur.” Le fils d’André Tota devait alors chausser les crampons pour incarner un footballeur en pleine renaissance. Leur projet n’a, finalement, jamais abouti. Mais à en croire le message de M Pokora, partagé sur le réseau social, rien n’est perdu. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Marlène Schiappa : cette énorme bourde qui a fait de Nicolas Sarkozy et Zinedine Zidane des “immigrés”
Melania et Donald Trump : la ruine et la prison en ligne de mire?
Jane Birkin : cette autre tragédie qui a précédé la mort de sa fille Kate Barry
Elizabeth II : ses avocats éclaboussés par des accusations d’antisémitisme et de sexisme
Melania Trump : la First Lady et la famille du président en “ont assez de la Maison Blanche”