Le matin, l'après-midi ou le soir, quand faut-il faire du sport pour réduire son risque de diabète ? La Science a la réponse

En France, en 2020, environ 3,5 millions de personnes souffraient d'un diabète ; dans 90 % des cas, il s'agissait d'un diabète de type 2 (DT2). Cette pathologie chronique est notamment (mais pas seulement) provoquée par des facteurs environnementaux : elle survient en particulier lorsque l'alimentation est peu équilibrée et l'activité physique, insuffisante.

Faire du sport de façon régulière constitue ainsi un bon rempart contre le diabète de type 2. Et d'après une nouvelle étude réalisée par la Harvard University (aux États-Unis), deux moments dans la journée seraient à privilégier lorsqu'on s'efforce de prévenir l'apparition de la maladie.

Les chercheurs américains ont suivi un groupe de 93 095 personnes, des adultes non-diabétiques âgés de 62 ans en moyenne ; ceux-ci ont porté un bracelet connecté pendant 1 semaine afin de quantifier précisément leur activité physique. Au terme de l'expérience, les scientifiques ont analysé les données recueillies pour estimer le risque de chaque volontaire de développer un diabète de type 2.

Du sport avant 18 heures pour réduire le risque de diabète de type 2

Résultat ? Les chercheurs de Harvard ont observé que les personnes qui faisaient du sport le matin (entre 6 heures et midi) et l'après-midi (entre midi et 18 heures) avaient en moyenne un risque moins important de 10 % par rapport aux autres de développer la maladie. En revanche, lorsque l'activité physique était pratiquée le soir (après 18 heures), (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Vous avez mangé de l'ail ? Voici l'aliment idéal pour neutraliser la mauvaise haleine (selon des chercheurs américains)
Voyage en TGV : 3 astuces pour éviter de ramener des punaises de lit à la maison
Si vous souffrez de ce syndrome, vous avez un vrai risque de ménopause précoce
Une naturopathe partage les 9 habitudes qui l'aident à gagner de l'énergie
4 symptômes méconnus qui peuvent cacher une maladie digestive selon un gastro-entérologue