La matière noire pourrait chauffer des exoplanètes !

Laurent Sacco, Journaliste
·2 min de lecture

Il y a encore peu, l’existence de la matière noire était le seul moyen connu de faire naître et croître aussi vite qu’elles l’ont fait les galaxies tout en rendant compte des caractéristiques de la plus vieille lumière de l’Univers observable, le rayonnement fossile. Cela a changé avec la découverte d’une nouvelle théorie relativiste de la gravitation qui remplace les effets gravitationnels d’une composante supplémentaire de matière (nécessairement non baryonique d’après la théorie de la nucléosynthèse primordiale) par des modifications des lois de la mécanique céleste de Newton.

Mais la théorie proposée, qui prend place dans le cadre phénoménologique de la théorie Mond, est plutôt tirée par les cheveux. Bien des physiciens des astroparticules préfèrent encore, mais sans dogmatisme, favoriser l’hypothèse que les mouvements anormaux que nous mesurons concernant les étoiles et les gaz dans les galaxies, et jusqu’aux amas de galaxies, supposent l’existence d’une composante de matière dominant celle sous forme de protons et de neutrons par son champ de gravitation tout en n'émettant pas ou très peu de lumière. Il faut donc faire appel à des particules relevant d’une nouvelle physique et ne pouvant pas exercer non plus de forces nucléaires fortes.

Bien des candidats au titre de particules de matière noire ont été proposés (de la matière noire « floue » aux anapoles de Zel’dovitch) depuis presque un demi-siècle. Certaines de ces particules sont nettement plus massives qu’un proton, d’autres nettement moins qu’un électron. Toutes n’interagissent que très peu avec la matière normale, ce qui pour les physiciens indique qu’une réaction entre une particule de matière noire et disons un proton ou un électron est très improbable. Cela se traduit par le fait qu’un faisceau de particules de matière noire pourra traverser un bloc de matière normale largement comme s’il n’était pas là. Par contre, tout comme il est plus probable de rencontrer quelqu’un dans un supermarché que dans...

> Lire la suite sur Futura