Matière manquante : « Maintenant que nous l’avons vue, nous pouvons être sûrs de son existence ! »

·2 min de lecture

L’étude détaillée du fond diffus cosmologique, cette sorte de rayonnement fossile datant de quelques centaines de milliers d’années après le Big Bang, a permis aux astronomes de se faire une idée de la quantité totale de matière contenue dans notre Univers. Mais lorsqu’ils la comparent à ce qu’ils savent de la matière qui compose les étoiles des galaxies, ça ne correspond pas. Une partie — quelque 80 % tout de même — de ce que les physiciens appellent la matière baryonique — celle qui est très classiquement composée de protons, de neutrons et d’électrons tels que nous les connaissons —, manque à l’appel.

Chandra détecte les protons perdus du Big Bang entre les galaxies

Les modèles et les théories situent cette matière manquante dans l’espace intergalactique. Déposée là par des vents galactiques résultant de l’explosion de millions d’étoiles en fin de vie, théorisent les astronomes. Mais jamais encore ils n’avaient été en mesure de l’observer directement. Jamais jusqu’à aujourd’hui et les observations publiées par une équipe internationale menée côté français par des chercheurs du CNRS et de l’université Claude Bernard Lyon 1. « Maintenant que nous avons vu une partie de cette matière manquante, nous pouvons être sûrs de son existence », remarque Nicolas Bouché, chercheur au CNRS, un sourire dans la voix. Nous rappelant ainsi la tendance de l’humanité à se comporter comme Saint Thomas.

Ce que les chercheurs ont réalisé, c’est même une cartographie unique de la nébuleuse entourant la galaxie Gal1. Mais comment ont-ils pu réussir là où tant d’autres avaient échoué avant eux ? « Avec un peu de chance », reconnaît Nicolas Bouché tout en saluant le travail de Johannes Zabi, son ancien post-doctorant, premier auteur de l’étude. Car il est vrai que la galaxie en question s’est avérée parfaitement positionnée pour une observation profonde à l’aide de l’instrument Muse – pour Multi Unit Spectroccopic Explorer, un spectrographe 3D grand champ en opération sur le Very Large...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles