Mathieu Lindon : les années romaines

Par Marie Laure Delorme
·1 min de lecture
 Mathieu Lindon est l’auteur de « Ce qu’aimer veut dire » (POL, Prix Médicis 2011). Son nouveau livre s'intitule « Hervelino ».
Mathieu Lindon est l’auteur de « Ce qu’aimer veut dire » (POL, Prix Médicis 2011). Son nouveau livre s'intitule « Hervelino ».

Dès les premières pages, la question est posée : peut-on ressusciter ceux que l'on aime ? Ils se sont rencontrés, été 1978, à une réception, par l'entremise de Michel Foucault. Mathieu Lindon a baptisé Hervé Guibert : « Hervelino ». Un surnom aux airs d'Italie. Les livres et les garçons les rapprochent aussitôt. Ils ne deviennent pas amants, mais ils demeurent amis. Treize années d'amitié. Mathieu Lindon sait que l'auteur de Mes parents (1986) est une rencontre pour toujours et qu'il l'aidera, ainsi qu'une petite poignée d'autres, dans son grand projet de vie : « être un peu content ». Le récit tourne autour de deux années heureuses passées à la Villa Médicis, à Rome. Hervé Guibert y arrive, pour deux ans, durant l'automne 1987, peu avant d'apprendre qu'il est séropositif. Mathieu Lindon le rejoint l'année d'après, en 1988. Quand Hervé Guibert cesse d'être pensionnaire, il reste une année supplémentaire avec Mathieu Lindon. Ils habitent ensemble, un logement à deux étages. Hervé Guibert meurt du sida, quinze mois après leur retour à Paris, en 1991.

Durant les deux années romaines, ils ont passé leur vie collés l'un à l'autre. Ils partagent tous les repas ensemble, s'appellent vingt fois par jour sur le téléphone intérieur, s'horripilent de manière régulière. Mathieu Lindon a du temps pour écrire, mais il n'écrit rien. Hervé Guibert poursuit son travail avec notamment L'Incognito (1989). La parution de À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie (1990) rend la nouv [...] Lire la suite