Mathématiques : "Guider le peuple plutôt que l’instruire, le choix de Voltaire ratifié !"

·2 min de lecture

Mathématiques, orthographe et niveau de langue : le bas niveau de notre école à nouveau confirmé par les classements mondiaux. Mais pour nos "élites", nos établissements sont classés comme étant les meilleurs !

Nous étions les meilleurs ? Oui et pas seulement en mathématiques. Sans surprise, aujourd’hui, nous ne le sommes plus, et loin de là puisque nous sommes avant-derniers. Car si, par une prétendue bienveillance, il n’y a plus de classement des élèves dans les écoles, notre classement mondial, lui, existe bien et montre l’évidence : nous sommes devenus très faibles. En queue de classement. Nous et non nos élèves. Car notre classement n’est pas celui des élèves eux-mêmes. Eux, ils n’y sont pour rien et ce n’est pas comme s’ils n’avaient pas bien travaillé. En fait, c’est nous qui ne voulons plus les instruire. Car voilà des années, des dizaines d’années même, que cette faillite – et pas seulement en mathématiques – est signalée, diagnostiquée, analysée par les spécialistes les plus autorisés sans que nous ayons seulement tenté de remonter la pente autrement qu’en discours programmatiques."Glissement des élèves dans le mauvais sens"Ce récent classement TIMMS (Trends in Mathematics and Science Study), qui nous place avant-derniers, confirme donc ce que nous savions déjà. Il avait d’ailleurs été comme prédit par la Depp (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l’Éducation nationale) qui parlait d’un « glissement des élèves...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?