Maternités : le manque de personnel inquiète l’Ordre des sages-femmes

·1 min de lecture
L'Ordre des sages-femmes redoute le manque de personnel, pendant l'été, dans les maternités. (Photo d'illustration)
L'Ordre des sages-femmes redoute le manque de personnel, pendant l'été, dans les maternités. (Photo d'illustration)

C'est une première. Les sages-femmes qui viennent d?obtenir leur diplôme ne sont pas suffisamment nombreuses dans les maternités pour assurer le remplacement des salariés qui partent en congés cet été, rapporte France Info. Une donnée préoccupante, avance le Conseil national de l?ordre des sages-femmes, qui estime que « les nouveau-nés et leurs mères sont en danger ». Selon l?organisation, les personnes qui débutent dans ce métier ont tendance à privilégier le libéral, en raison de la faible rémunération et du manque de reconnaissance de la part des acteurs de la profession.

Cette situation engendre de nombreuses tensions dans les services. Mireille Klein, en charge de la coordination des sages-femmes au sein du centre hospitalier d?Orange, détaille auprès de France Info la difficulté à remplacer une de ses collègues, partie en congé maternité. « Zéro CV, zéro appel? Rien à Marseille, à Montpellier ou Nîmes. J?ai contacté toutes les écoles de notre secteur et elles nous ont dit que toutes les sages-femmes avaient déjà trouvé [un poste]. J?ai aussi contacté toutes les maternités du Vaucluse et des alentours, elles n?ont pas de CV non plus. »

À LIRE AUSSICoronavirus : les combats quotidiens d?une sage-femme libérale

La santé des patientes et de leurs enfants en danger

La maternité d?Orange n?est pas la seule qui peine à recruter, poursuit le site d?informations. Peu de personnel signifie une charge de travail beaucoup plus importante pour les sages-femmes. Et le [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles