Le match retour Besiktas-OL en quart de finale de l'Europa League, une tribune politique contre Erdogan?

Gary Assouline
Le drapeau de la Turquie brandi au stade Vodagone Arena de Besiktas à Istanbul

FOOTBALL - Le quart de finale retour de Ligue Europa entre ce jeudi 20 avril entre Lyon et Besiktas sera-t-il aussi chaotique que le match aller? Si les Lyonnais arrivent en terre turque avec un avantage après leur victoire 2-1 à domicile, ils auront en tête les récents événements qui ont semé le trouble à Lyon. Et devront faire avec la situation politique qui s'est soudainement tendue dans le pays.

L'OL, conscient des enjeux sportifs d'une telle rencontre, jouera sans ses supporters dont le déplacement à Istanbul a été annulé. Jeudi 13 avril, le coup d'envoi du match avait été retardé de 45 minutes après des violences en tribunes et l'envahissement de terrain de Lyonnais cherchant à se mettre à l'abri des projectiles lancés dans leur direction par les Turcs.

L'UEFA, dont la décision sur les responsabilités des deux clubs quant aux manquements à la sécurité était très attendue, a décidé la veille du match d'exclure les deux clubs de leurs prochaines compétitions européennes avec un sursis de deux ans.

Une semaine plus tard, c'est sur un nouveau terrain que les tensions se portent. Si les deux clubs vont chercher la qualification pour le dernier carré de la compétition, et si les deux présidents se sont voulus rassurants, c'est sur un thème politique que vont se cristalliser les tensions en tribune.

Besiktas au cœur de la contestation anti-Erdogan

Situé dans le quartier libéral de Besiktas sur la rive européenne d'Istanbul, le Vodafone Arena est l'une des enceintes les plus bruyantes d'Europe. Il est également connu pour être un point central de la contestation anti-Erdogan. Et plus que jamais depuis le référendum constitutionnel voté dimanche 16 avril, renforçant les pouvoirs du président turc. A l'issu des résultats du vote, les opposants de Recep Tayyip Erdogan avaient manifesté leur colère dans les rues de ce quartier.

Au match aller, par crainte que le match ne soit pollué par des messages politiques, la préfecture du Rhône avait interdit au Parc OL...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages