Masters 1000 de Paris: Monfils peine face à Kecmanovic mais passe

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Gaël Monfils (22e mondial) a souffert pour écarter le Serbe Miomir Kecmanovic (69e et issu des qualifications) 4-6, 7-5, 6-3 en 2h09, mardi au premier tour du Masters 1000 de Paris.

Au prochain tour, le Français de 35 ans affrontera son compatriote Adrian Mannarino (59e), avec l'espoir de défier le N.1 mondial Novak Djokovic en 8e de finale.

"C'était un bon match. Je savais qu'il jouait bien. Je suis content d'avoir pu trouver la solution pour le battre. Parce qu'à un moment, c'était très tendu de ma part. Je devais prendre un peu plus de risques. J'ai réussi à trouver la petite faille et m'engouffrer, essayer de lui mettre de plus en plus de pression et de m'en sortir. Sur ce côté, je suis vraiment satisfait", a-t-il analysé.

Après la perte rapide du premier set en ayant concédé une fois sa mise en jeu en début de partie, le jeu s'est équilibré et Monfils, soutenu par le public, a affiché ses talents et son goût pour le combat et le beau jeu.

Lui qui avait répété à trois reprises en conférence de presse pré-tournoi qu'il ne se sentait "pas au mieux", a réussi au total 53 coups gagnants pour 37 fautes directes.

"Je suis fatigué (...), mais à Paris, avec l'adrénaline, on oubliera la fatigue et on passera au-dessus. Je pense que c'est ce que j'ai fait aujourd'hui. Et c'est ce que j'espère faire demain aussi", a-t-il affirmé.

Il a finalement pris pour la première fois le service de Kecmanovic en toute fin de deuxième manche pour égaliser à un set partout.

Dans la manche décisive, chaque jeu a été âprement disputé, Monfils parvenant à faire le break pour se détacher 4-2 puis 5-2.

Sur son jeu de service suivant, le Français a conclu sur la première de ses trois balles de match.

Après des mois compliqués psychologiquement en raison du Covid, Monfils tente avec son nouvel entraîneur Günter Bresnik, de modifier son jeu depuis janvier.

"De semaine en semaine, c'est de mieux en mieux, a-t-il reconnu. Honnêtement, je l'ai dit, j'ai hâte que cette saison se finisse, vraiment, pour pouvoir bien me réentraîner, bien intégrer tout ce que j'ai voulu mettre en place. Mais je pense que cette pré-saison va me faire beaucoup de bien pour essayer de bien structurer tout cela, pour démarrer fort 2022. Parce que l'année 2021, elle est horrible quand même!"

ig/dif

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles