Masters 1000 de Paris: Djokovic, un nouveau record avant une revanche avec Medvedev

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Freiné dans sa chasse aux records cet été, Novak Djokovic n'a pas tardé à reprendre sa marche en avant: qualifié pour la finale du Masters 1000 de Paris samedi, il s'est emparé d'un nouveau record en s'assurant de terminer la saison N.1 mondial pour la septième fois.

Pour se hisser en finale, Djokovic a comblé un set de retard face au Polonais Hubert Hurkacz (10e), battu 3-6, 6-0, 7-6 (7/5) en 2h17 min. L'y attend désormais une revanche de la récente finale de l'US Open face au N.2 mondial Daniil Medvedev.

Le Russe, tenant du trophée parisien, a lui écarté sans ménagement (6-2, 6-2) le N.4 mondial Alexander Zverev dans une réédition de la finale 2020, alors organisée à huis clos en raison du Covid-19.

"Si on se retrouve, c'est bien pour nous deux, puisqu'on ne peut le faire qu'en finale (ils sont têtes de série N.1 et N.2, ndlr), observe Medvedev. J'aime bien jouer contre lui, je ne sais pas si lui aime bien jouer contre moi."

Lancé vers un exceptionnel Grand Chelem, et encore plus rarissime Grand Chelem doré à l'amorce des Jeux olympiques de Tokyo, après avoir mis la main sur les trois premiers Grand Chelem millésime 2021 (Open d'Australie, Roland-Garros et Wimbledon), Djokovic vient de vivre un été de désillusions.

- Djokovic 7, Federer et Nadal 5 -

A Tokyo d'abord, quitté sans monter sur le podium olympique après deux revers d'affilée, en demi-finale (contre Zverev), puis dans le match pour la médaille de bronze (contre Carreño).

Puis à New York mi-septembre, où il a craqué en finale contre Medvedev, dans le match sans doute le plus important de sa carrière, terminé dans les larmes.

Le champion serbe n'a toutefois pas mis longtemps à reprendre ses esprits.

Dès son tournoi de reprise, après quasiment deux mois hors circuit, le voilà en finale dans la salle de Bercy, et surtout désormais seul propriétaire d'un autre record de l'histoire du tennis: celui du nombre de saisons terminées sur le trône de N.1 mondial.

"Djoko" le partageait jusque-là avec Pete Sampras, "le héros de (son) enfance", qui y est parvenu six ans d'affilée entre 1993 et 1998. Roger Federer comme Rafael Nadal ont eux réalisé cette performance à cinq reprises.

Sa qualification pour la finale parisienne lui permet de la réussir une septième fois, après 2011, 2012, 2014, 2015, 2018 et 2020.

Logique et mérité au vu de sa brillante saison 2021, au cours de laquelle il a rejoint ses deux principaux rivaux, Federer et Nadal, au nombre de titres en Grand Chelem, avec vingt trophées, et dépassé le premier au nombre de semaines passées à la place de N.1 mondial (il en est à 345). Au cours de laquelle aussi il est devenu le premier joueur de l'ère Open (et le troisième de l'histoire) à remporter au moins deux fois chaque tournoi majeur.

- "Emotion sensationnelle" -

"C'est une énorme réussite, une émotion sensationnelle", a décrit Djokovic.

"C'était la raison principale de ma venue à Paris. Maintenant que c'est fait, c'est un énorme soulagement. Mais j'ai encore du boulot", prévient le N.1 mondial.

Hurkacz, assuré depuis la veille de sa toute première qualification pour le Masters de fin de saison (14-21 novembre à Turin) et vainqueur en avril de son premier Masters 1000 à Miami, lui a néanmoins donné du fil à retordre samedi - comme le public, encore loin d'être tout acquis à sa cause.

Le grand Polonais (1,96 m) a su breaker au meilleur moment dans le premier set, pour mener 5 jeux à 3 et virer en tête dans la foulée.

Puis, distancé 4 jeux à 1 dans la troisième manche, il est revenu à hauteur (4-4) jusqu'à pousser Djokovic dans un tie-break décisif, non sans avoir écarté une balle de match à 5-4.

Entre les deux, Hurkacz, coupable d'une quarantaine de fautes directes au total (contre 26 à Djokovic), n'avait pas inscrit le moindre jeu pendant près de trois quarts d'heure, encaissant au passage un 6-0 dans le deuxième set.

Voilà ainsi Djokovic en finale d'un Masters 1000 pour la 54e fois de sa carrière, et plus qu'à un succès d'un 37e trophée dans cette catégorie de tournois, la deuxième plus importante après les Grand Chelem. Il s'agirait là aussi d'un nouveau record.

es-ig/dlo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles