Massages, soins esthétiques… Les frais d’une sénatrice LR dans le collimateur d’Anticor

·1 min de lecture

L’association Anticor a déposé plainte pour détournement de fonds publics à l’encontre de la sénatrice LR des Français de l’étranger Joëlle Garriaud-Maylam.

Les petites lignes comptables cacheraient-elles de gros problèmes ? C’est la question qu’entend poser l’association Anticor à travers sa plainte déposée en septembre 2020 et dévoilée aujourd'hui par Marianne contre la sénatrice des Français de l’étranger Joëlle Garriaud-Maylam. L’association anticorruption accuse la parlementaire LR de détournement de fonds publics." 

Les documents en notre possession font apparaître de nombreuses dépenses qui, a minima, posent question et révèlent une utilisation régulière du compte Avance de frais de mandat (l’AFM, l’Avance de frais de mandat qui a remplacé l’IRFM, l’Indemnité représentative de frais de mandat, N.D.L.R.) pour régler des dépenses privées ", explique l’avocate d’Anticor, Carole Biot-Stuart. Dans sa plainte, l’association va même plus loin : " Il apparaît qu’elle règle l’ensemble de ses dépenses courantes avec cette carte y compris des dépenses liées à sa résidence secondaire dans les Pyrénées-Orientales (essence, électricité). Elle n’hésite pas non plus à régler des frais de massage et d’esthétique sans oublier le règlement de médecins ou des frais de pharmacie ".

Ces documents comptables, que Marianne a pu consulter, correspondent notamment à plusieurs dizaines de tickets de caisse. Y sont en effet listées des dépenses médicales, de pharmacie. Certains portent la...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record

"Meurtres à White House Farm" : le docu-fiction sur l'une des plus sordides affaires des années 80

"80% de mes contrats sont tombés" : Bastien, gérant d'une boîte de sécurité privée, victime collatérale du Covid-19

Ce contenu pourrait également vous intéresser :