"Massacre de Shakahola" au Kenya : le chef d'une secte évangélique jugé pour "terrorisme"

Le procès de Paul Nthenge Mackenzie s'ouvre lundi à Mombasa. Arrêté en avril 2023, ce chef d'une secte évangélique kényane est accusé de "terrorisme" pour son implication dans le "massacre de Shakahola" qui a fait plus de 400 morts.

Le drame avait choqué le pays et la planète. Le chef d'une secte évangélique apocalyptique au Kenya est jugé à partir de lundi 8 juillet pour "terrorisme", après la mort de plus de 400 adeptes dans ce qui a depuis été baptisé "massacre de Shakahola".

Le pasteur autoproclamé Paul Nthenge Mackenzie a comparu devant un tribunal de la ville de Mombasa, grand port de l'océan Indien, aux côtés de 94 coaccusés.

Les journalistes ont dû quitter la salle peu après le début de l'audience pour permettre à un témoin protégé de s'exprimer.

Des victimes étranglées ou étouffées

Paul Nthenge Mackenzie, arrêté en avril 2023, est accusé d'avoir incité ses adeptes à jeûner jusqu'à la mort pour "rencontrer Jésus".

Lui et ses coaccusés avaient tous plaidé non coupable des accusations de "terrorisme" lors d'une audience en janvier. Ils sont aussi poursuivis pour meurtre, homicide involontaire, enlèvement, torture d'enfants et cruauté dans des dossiers séparés.

Les autopsies effectuées sur 100 victimes ont établi que si la plupart sont mortes de faim, certaines, dont des enfants, ont été étranglées, battues ou étouffées.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
"Massacre de Shakahola" au Kenya : un pasteur sera jugé pour l'"assassinat" de 191 personnes
Au Kenya, le bilan du "massacre de Shakahola" dépasse les 200 morts
Jeûne mortel au Kenya : le pasteur poursuivi pour "terrorisme"