Massacre d'écoliers au Cameroun : un opposant dénonce "la banalisation de la violence" dans la crise anglophone

Martin Mateso
·1 min de lecture

C'est par le biais des réseaux sociaux que l'opposant Maurice Kamto, président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), a exprimé son indignation et sa colère après le massacre de plusieurs écoliers, perpétré par des hommes armés non-identifiés dans une école de Kumba, dans la province anglophone du sud-ouest du Cameroun. Assigné à résidence depuis plus d'un mois dans la capitale Yaoundé, Maurice Kamto s'insurge contre "ces actes odieux, barbares et inacceptables" qui ont visé des enfants sans défense.

Non à la banalisation de la violence dans la crise anglophone. Ce qui s'est passé à Kumba et d'autres localités ne doit plus jamais se reproduire

Déclaration de l'opposant Maurice Kamto, président du MRC

Depuis le drame qui a frappé l'école de Kumba, la colère gronde dans la région, particulièrement au sein des familles qui ont perdu leurs enfants. Les autorités ont promis de renforcer la sécurité, mais les parents terrorisés ne veulent plus envoyer leurs enfants à l'école.

Je préfère garder mes enfants. Je vais leur dire de rester à la maison avec moi.

Un parent qui a perdu sa petite fille dans l'attaque

à la VOA

Dans cette région troublée du Cameroun anglophone, les écoles sont au cœur du conflit. Depuis trois ans, les enlèvements d'enfants et les agressions d'enseignants se (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi