"Le masque redevient nécessaire", selon l'Académie de médecine, mais pas qu'à cause du Covid

Unsplash

Huitième vague de Covid-19, grippe saisonnière, épidémie de bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans… Les virus circulent massivement en ce début d’hiver. Face au retour accru des infections virales, “le masque redevient nécessaire” a estimé l’Académie nationale de médecine dans un communiqué publié le 2 novembre. L’institution craint notamment que la saison hivernale soit marquée par des cas de co-infections de grippe saisonnière et de Covid-19, comme ça a pu être le cas en 2021 dans plusieurs pays dans le monde, a-t-elle prévenu. “Cette possibilité de double infection, exposant les personnes vulnérables aux formes les plus sévères et les services hospitaliers au risque de saturation, doit donc être prise en considération pour la saison 2022-2023. Elle impose un rappel énergique des recommandations vaccinales visant à coupler les rappels contre la Covid-19 et la vaccination contre la grippe [6]. Elle justifie également une réhabilitation des mesures barrière, délaissées depuis la fin de l’état d’urgence sanitaire le 31 juillet 2022.”

Pour l’heure, l’Académie nationale de médecine considère que le port du masque et l’application des gestes barrières doivent être recommandés et non rendus obligatoires. “La situation sanitaire n’exige pas actuellement de revenir aux mesures obligatoires”, a confirmé le communiqué.

En revanche, elle conseille vivement le port du masque de type FPP2 dans les espaces publics clos pour :

Ces recommandations sont valables même si les personnes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Alzheimer : selon des chercheurs, la bière protègerait de la maladie
Voici à quoi l’humain devrait ressembler dans 1000 ans, selon des experts
Voilà pourquoi les femmes auraient plus de mal à arrêter de fumer que les hommes
Pour la première fois, une étude compte les nerfs du clitoris (et il y en a plus que ce que l'on pensait)
Se mettre le doigt dans le nez favoriserait l'apparition d'Alzheimer, selon cette étude