Le masque n'est pas obligatoire lors de l'accouchement, tranchent Moreno et Véran

Lucie Oriol
·Journaliste au HuffPost
·2 min de lecture

CORONAVIRUS - Depuis le mois cet été la colère enflait autour des questions du port du masque pendant l’accouchement. Le Collectif VOG, “Stop aux violences obstétricales et gynécologiques”, a notamment relayé à cet égard de nombreux témoignages, parfois violents, de femmes ayant été obligées de garder le masque pendant ce moment. Après un avis du collège national des gynécologues et obstétriciens (CNGOF) début octobre qui estimait “souhaitable” le masque pendant l’accouchement et les efforts expulsifs, sans être imposé, c’est le gouvernement qui a pris position.

Dans un communiqué commun paru ce lundi 9 novembre, le ministre de la Santé, Olivier Véran, et Elisabeth Moreno, ministre déléguée à l’égalité femmes-homme, ont rappelé que le port du masque pendant l’accouchement n’était pas obligatoire.

“La naissance doit rester un moment privilégié même dans ce contexte d’épidémie sachant que chacun doit être attentif au respect des consignes de sécurité données par les personnels des maternités”, écrivent les ministres qui rappellent également que “l’accouchement dans des conditions sereines favorise le bien-être de la mère pendant la période du post-partum et la construction d’une relation parent-enfant de qualité”..

Tout en saluant le protocole de prise en charge délivré par le CNGOF, qui recommande par ailleurs que les mères puissent être accompagnées, Elisabeth Moreno et Olivier Véran concluent en rappelant que :“le port du masque chez la femme qui accouche est souhaitable en présence des soignants, mais ne peut en aucun cas être rendu obligatoire”.

Dans les témoignages relayés par Stop VOG, de nombreuses femmes faisaient état de difficultés à respirer en même temps que lors des efforts de poussée. Un phénomène qui a parfois conduit à une médicalisation accentuée des accouchements.

À voir également sur Le HuffPost: Deux ans après sa grossesse, cette mère de triplés partage l’évolution de son ventre

LIRE AUSSI

L'accouchement pendant l'épidémie de coronavirus, une inquiétude supplémentaire

Je ne voulais pas d’enfants. La COVID-19 m’a fait changer d’avis - BLOG

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.