Masque noir pour le visage : attention danger !

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Masque noir pour le visage : attention danger !

Sur Internet, des vidéos sur les masques noirs foisonnent. Les blogueurs beauté y testent et conseillent l'utilisation de ces masques noirs. Mais de quoi sont-ils vraiment composés ? Ces produits bon marché souvent fabriqués en Chine sont censés purifier la peau du visage grâce à de la colle et du charbon. Contenu douteux et étiquetage flou ont alarmé le syndicat des entreprises cosmétiques françaises.

"Ce qui nous alerte, c'est que l'on puisse trouver dans l'Union européenne ces produits manifestement non conformes. Un autre point inquiétant, c'est que l'on puisse acheter en France des produits qui ne sont pas étiquetés en français car ces produits sont étiquetés en anglais alors que les produits sont achetés sur une plateforme Internet française qui doit donc, en tant que distributeur, vérifier que les produits sont étiquetés en français, qu'il y a bien une personne responsable dans l'Union européenne. Nous pensons donc que ces contrôles ne sont pas faits par le distributeur", explique Anne Duc, directrice des affaires scientifiques et réglementaires de la Fédération des entreprises de la beauté.

Des risques pour la peau... mais pas seulement

Qu'ils soient vendus prêts à l'emploi ou fabriqués à la maison, les ingrédients principaux de ces masques noirs sont identiques : du charbon végétal activé mélangé à de la colle liquide industrielle, composée de solvants et de matériaux irritants. Des produits toxiques extrêmement dangereux pour la peau comme le confirme le Dr Catherine Gaucher, dermatologue : "L'effet revendiqué par les blogueuses est un effet peeling mécanique, (...) Lire la suite sur Francetv info

Le discours de Simone Veil qui a changé la vie des femmes
"On touche à la liberté des femmes" : un collectif soutient une sage-femme après des accouchements à domicile
EPO : dopant médiocre, dangers réels…
Deux études de terrain confirment la nocivité des néonicotinoïdes pour les abeilles
L'ambulatoire poursuit sa progression