Ce masque anti-pollution de l'air vous alerte en temps réel

Coline Chambolle

SANTÉ - Chaque respiration compte. C’est le slogan de cette nouvelle start-up qui lutte contre la pollution de l’air avec une nouvelle génération de masque. Ce dernier serait capable de détecter les particules de poussière, d’alerter les utilisateurs sur les niveaux de pollution en temps réel et éventuellement de tracer un itinéraire de cyclisme ou de marche qui aura les niveaux de pollution de l’air les plus faibles, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus

“Nous sommes très heureux d’avoir un produit qui ne ressemblera à aucun autre masque”, a déclaré Adel Arigue, chef de la direction d’AirBliss+, au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, dans le Nevada, qui a eu lieu le 7 janvier 2020. 

Une alternative utilisable plus de deux ans

Le masque AirBliss+ Air Pollution Smart Mask est doté d’un système de ventilateur intérieur pour aider à l’inhalation et à la filtration. Il contient également un filtre recyclable à base de tissu imperméable sans plastique, d’un port USB et d’une capacité de chargement de la pile, ainsi que de voyants DEL pour alerter les utilisateurs des changements des niveaux de pollution.

Arigue a déclaré que le joint en silicone s’adapte au visage et présente une option plus confortable que beaucoup d’autres masques.

″Nous voulons être la solution pour une adoption massive parce que le confort est la clé pour des heures prolongées, et que le client soit heureux de répéter l’expérience quotidiennement”, a-t-il expliqué. En raison de la construction durable du produit, le directeur de la start-up a déclaré que les utilisateurs peuvent garder l’AirBliss+ pendant plus de deux ans.

Pékin et New Delhi dans les villes ciblées par le concept

L’Organisation mondiale de la santé estime que 4,6 millions de personnes meurent chaque année dans le monde de causes directement liées à la pollution de l’air.

Parmi les nombreux marchés qu’elle entend cibler figurent les villes très polluées d’Asie comme Pékin et New Delhi.

À voir également sur Le...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post