Masculiniste

Libération.fr

Au 20 heures de France 2 mercredi, les téléspectateurs ont pu voir un curieux reportage. Il s’agissait d’une infiltration de plusieurs jours dans un stage de «masculinité» à Autrans (Isère), où de «fervents catholiques» éprouvent leur virilité en poussant une voiture «le plus vite possible», à grand renfort de cris de primates pour se donner du courage. De retour au QG, ils assistent à des conférences où l’on dit des choses telles que «la peau de l’homme est plus épaisse que la peau de la femme. Comme si le corps de l’homme le préparait à affronter l’extérieur». De nombreux spectateurs ont protesté, reprochant au reportage son absence de distance critique avec le sujet : des stages catholiques masculinistes. Il omet aussi de décrire les mouvements et les personnes à l’origine de tels «stages» : ce sont pour la plupart des membres de la communauté de l’Emmanuel, une frange particulièrement réactionnaire de l’Eglise. Enfin, imagine-t-on une telle absence de contextualisation si le camp avait été organisé par des musulmans et non des catholiques ? France 2 aurait-elle diffusé le même reportage s’il s’agissait, mettons, de salafistes menant des stages de revirilisation dans la Creuse interdits aux femmes ? «Je pense que oui», nous répond Manuel Tissier, président de la société des journalistes de France 2. J.L.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

«Tenue indécente, tu ne reviens pas comme ça» : dérives sexistes dans un lycée à Valence
Luxe, calme et volupté : visite guidée au cœur des palaces parisiens
«Hiplet», la danse virale qui mêle classique et hip-hop
Colette : «Au départ, beaucoup de gens disaient : ça ne peut pas marcher, c’est n’importe quoi»
Un livret pour guider les parents au pays du sébum

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages