La première femme capitaine de navire en Egypte, accusée à tort du fiasco du canal de Suez

·2 min de lecture

Marwa Elselehdar, la première femme capitaine de navire en Egypte, a été accusée à tort d’être responsable du fiasco de l’Ever Given, qui a passé 11 jours bloqués dans le canal de Suez.

Elle a été ciblée par les internautes, parce qu’elle est une femme. Marwa Elselehdar, âgée de 29 ans, est la première femme à être devenue capitaine de navire en Egypte. Un beau succès qui lui a valu de nombreux compliments mais qui a également fait d’elle une cible facile. Alors que durant dix jours, le cargo Ever Given a bloqué le canal de Suez et empêché tout transport maritime sur place, elle a été accusée d’avoir été celle à l’origine de cet incident.

Un ancien article qui racontait comment Marwa Elselehdar était parvenue à devenir capitaine a été transformé par des internautes la blâmant pour le fiasco de l’Ever Given. Des captures d’écran de ce faux article ont commencé à être partagées en masse sur Twitter et Facebook et de faux comptes à son nom ont été créés. «J’étais sous le choc. Je crois que j’ai été visée parce que je suis une femme à succès dans ce milieu, ou parce que je suis Egyptienne, je ne sais pas trop», a-t-elle commenté auprès de BBC News. Au moment du blocage du canal de Suez, Marwa Elselehdar travaillait comme première seconde, aux commandes de l'Aida IV, à des centaines de kilomètres de là, à Alexandrie. «Franchement, quand j’ai entendu la nouvelle, j’étais très en colère parce que j’ai travaillé très dur pour arriver à cette position», a-t-elle déploré. «C’est difficile de voir des gens essayer de faire disparaitre vos efforts, ou de m’accuser d’être une ratée ou de mal faire mon travail. C’est ma réputation, et je ne veux pas que cela l’impacte», a-t-elle ajouté.

Un milieu très masculin

L’ Organisation maritime internationale rappelle que seuls 2% des travailleurs du monde maritime sont des femmes. Pour obtenir son poste, Marwa Elselehdar a étudié à l'Académie arabe des sciences, de la(...)


Lire la suite sur Paris Match