En Martinique, la proximité des sargasses fait peser un risque pour les femmes enceintes

AFP/Archives - Thomas COEX

Les résultats ont montré que les femmes enceintes qui résidaient à moins de 2 km des lieux d’échouages de sargasses et souffraient de prééclampsie présentaient des symptômes plus tôt que les autres.

L'exposition continue à l'hydrogène sulfuré dégagé par les algues sargasses en putréfaction déclencherait plus tôt des cas de prééclampsie chez les femmes enceintes, indique une récente étude menée par le CHU de la Martinique. "Ce qui ressort, c'est que la pathologie est un peu plus sévère car elle arrive plus tôt lors de la grossesse", a résumé à l'AFP le Dr Donatien Bahezre de Lanlay, l'auteur principale de l'étude publiée dans la revue .

Un risque de prématurité

Son travail a été réalisé en comparant les dossiers de 3.020 femmes enceintes passées par la Maison de la femme, de la mère et de l'enfant de Fort-de-France entre 2016 et 2021. Les résultats ont montré que les femmes enceintes qui résidaient à moins de 2 km des lieux d’échouages de sargasses et souffraient de prééclampsie présentaient des symptômes autour de la 32e semaine de grossesse, contre 35 semaines pour celles qui habitaient au-delà de cette limite.

La prééclampsie associe hypertension artérielle et prise de poids avec œdèmes et affecte environ 8% des grossesses. "Comme la prééclampsie arrive plus tôt, il y a un risque de prématurité", alerte Donatien Bahezre de Lanlay. Toutefois, l'analyse des données n'a révélé aucune différence d'incidence de l'affection en fonction de la distance d'exposition aux sargasses, selon l'étude.

Des émanations nauséabondes et toxiques

L'invasion des sargasses est considéré comme un "problème sanitaire majeur" en Martinique comme en Guadeloupe. En mars, le gouvernement a adopté un "plan sargasses 2", doté de près de 36 millions d'euros sur quatre ans, "une augmentation de près de 30% des financements de l’Etat" avait souligné le ministère de la Transition écologique.

La prolifération de ces algues, qui dégagent quand elles pourrissent sur le rivage des émanations nauséabondes et toxiques, est "insupportable", a commenté plus tôt ce mois-ci le ministre délégué aux Outre-mer Jean-François Carenco lors de sa première visite en Martinique. Il a prôné la mise sur pied d'un [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles